Devant ces écoles du Borinage, des enfants "verbalisent" les infractions des parents (vidéo)

Cette semaine, la Police boraine mène, en partenariat avec 5 écoles primaires installées sur son territoire, une action de sensibilisation aux comportements dangereux aux abords des écoles. Les parents, lorsqu’ils déposent leurs enfants, ont tendance à oublier qu’ils ne sont pas seuls sur les routes, et que pressés ou pas, le code de la route reste toujours d’application. C’est notamment le cas à l’école du centre d’Hornu. "Il y a beaucoup d’infractions, notamment de stationnement sur le trottoir, stationnement à moins de 5 mètres du passage pour piétons, ou même sur le passage pour piétons, port de la ceinture de sécurité, ce sont principalement ces infractions-là", explique Guido Di Davide, Inspecteur de quartier.

Tous les matins de cette semaine, chaque mauvais comportement sera observé et comptabilisé par plusieurs élèves qui sont encadrés par un policier de quartier.



Le comportement infractionnel est matérialisé par une balle de couleur placée dans un filet. Un relevé est réalisé chaque jour, le but est d'en comptabiliser le moins.



"Lundi on en a eu 16, hier 14, aujourd’hui 16… du coup ça fait déjà 46, donc c’est vraiment beaucoup pour trois jours. C’est jusque vendredi, alors je ne m’imagine pas si on arrive à 60…"
, explique Iléana. 

Mia explique qu’elle a vu beaucoup d’infractions ce matin. "On regardait si les gens se stationnaient près du passage piétons, à contresens, s’ils avaient leur ceinture, ou s'ils avaient leur téléphone pendant qu’ils roulaient".

Comment ont réagi les automobilistes qu’elle a interpellés ? "Il y en a qui ont dit qu’ils allaient changer de place, et d’autres qui ont dit que c’était bien qu’on l’ait vu".

L'école qui aura récolté le moins de boules pourra accueillir pendant une journée la piste de circulation routière de la police boraine. L'école qui comptabilisera le plus de balles fera l'objet par la suite d'une attention particulière de la part des policiers qui verbaliseront les automobilistes en infraction.

Les parents sont-ils compréhensifs? La réponse de l'agent de quartier:

Pourquoi réaliser cette opération en cette période de l’année scolaire ? Jean Marc Delrot, le chef de corps de la police boraine, explique: 

"D’habitude, c’est dès la rentrée. On a voulu changer un petit peu et innover. Traditionnellement, après les vacances de juillet-août, à la rentrée scolaire, on est plein de bonnes résolutions, et on attend la police aux abords des écoles à ce moment avec cette campagne. On s’est dit, on va changer un petit peu, on va venir après les périodes de congés de Toussaint, combiner également le fait qu’on a changé les heures, et donc qu’on est dans des conditions d’obscurité un peu plus présentes en début septembre".

Nathalie Rorive, la directrice de l'école du centre, connaît bien ce problème de stationnement. Elle propose une piste de solution :

 "Il y a quand même la place d’Hornu qui n’est pas loin, et de temps en temps, pouvoir marcher 50 ou 100 mètres, ça fait du bien, de toute façon, et ce serait l’idéal que certains puissent le faire, car on a encore quelques parents, heureusement, mais de moins en moins, qui viennent au plus proche de l’école. On demande et on incite les parents à se garer un peu plus loin et de regagner à pied avec leurs enfants".

Marc Demoustiez

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Si c'est un gros fichier vidéo, passez par le site wetransfer.com (et email de destination: rtlinfo@rtl.be)

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?