Cette jeune femme a été violée par un prêtre quand elle était nonne: "30% des religieuses auraient été agressées sexuellement" (vidéo)

Alors que l'Eglise catholique est engluée dans des scandales de pédophilie depuis des années, certains témoins brisent le silence afin de faire la lumière sur des viols et agressions sexuelles dont auraient été victimes des religieuses partout dans le monde.

Doris Wagner, une philosophe et théologienne allemande de 34 ans, a témoigné pendant une réunion la semaine dernière à Rome des agressions et autres abus subis au cours de huit années de vie religieuse et diffusé la vidéo de son intervention sur les réseaux sociaux.

Elle a d'abord dénoncé le viol par le supérieur de sa communauté à Rome dont elle a été victime en 2008 : "J'ai su tout de suite que si j'en parlais à quelqu'un dans ma communauté, on me blâmerait moi et pas lui. Alors j'ai gardé le silence".

Mais elle a ensuite subi des pressions d'un autre prêtre qui avait demandé à être son confesseur : "Il me gardait des heures, agenouillée devant lui, il me disait qu'il m'aimait et qu'il savait que je l'aimais et que même si on ne pouvait pas se marier, il y avait d'autres moyens".

Un jour, "il a essayé de me prendre dans ses bras et de m'embrasser. J'ai paniqué et je suis partie en courant", a-t-elle raconté. Quand elle a demandé à changer de confesseur, sa supérieure a dit savoir que ce prêtre avait un "penchant" pour les jeunes femmes. La jeune femme dit avoir beaucoup lu sur le sujet. "Je pensais naïvement que j'étais la seule nonne à avoir été violée. Mais dans une étude, j'ai découvert que 30% des religieuses auraient été agressées sexuellement".

En 2012, après avoir abandonné la vie religieuse, elle a dénoncé les deux prêtres devant la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), le puissant gardien du dogme chargé aussi des procédures canoniques pour les agressions sexuelles commises au sein de l'Eglise.

Son violeur, qui travaillait à la secrétairerie d'Etat du Saint-Siège, a été renvoyé du Vatican mais reste prêtre dans une communauté où vivent "de nombreuses jeunes religieuses", a dénoncé Doris Wagner.

Selon La Croix, le second prêtre a reçu en 2014 un simple "avertissement" pour des faits de "sollicitation" qu'il a reconnus. Selon Mme Wagner, il est désormais l'un des trois chefs de bureau de la CDF.

Interrogé par l'AFP, le service de presse du Saint-Siège a répondu : "Nous étudions avec sérieux (ces affaires) et nous donnerons une réponse le temps venu".

Face à la multiplication des scandales d'agressions sexuelles de mineurs de vaste ampleur à travers le monde, le pape François avait évoqué en août la nécessité d'"éradiquer la culture de l'abus", à l'encontre des mineurs mais aussi des adultes vulnérables.

Il a convoqué les présidents des conférences épiscopales du monde entier fin février pour une réunion sur les abus dans l'Eglise, afin d'obtenir une plus grande prise de conscience dans les très nombreux pays où le sujet reste tabou et d'établir de nouveaux mécanismes de prévention et de responsabilité.

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Si c'est un gros fichier vidéo, passez par le site wetransfer.com (et email de destination: rtlinfo@rtl.be)

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?