Paris SG: Janvier, le mois doute

Pas si géant, le PSG? Sonné par son élimination de la Coupe de la Ligue par Guingamp dès les quarts de finale (2-1), le quintuple tenant du titre déchu poursuit son calendrier infernal, rattrapé par le doute.

. Un état d'esprit à retrouver

"On a joué avec trop de confiance. On pense que rien ne peut nous arriver. Mais ce n'est pas comme ça." Les Bleu et Rouge de Paris, version Superman depuis le début de la saison, ont connu mercredi un brutal retour sur Terre, exprimé par leur entraîneur Thomas Tuchel.

Invaincus dans la compétition depuis six ans, en coupes nationales depuis 44 matches, les équipiers de Neymar abandonnent pour la première fois depuis la saison 2013-14 un trophée, hors Ligue 1, à la concurrence.

Ils pensaient peut-être s'appuyer sur ces statistiques démentielles pour passer encore un tour. Mais face aux solidaires Bretons, il leur a tout manqué: de l'agressivité, du réalisme, de la solidité défensive, mais surtout l'envie de bousculer la lanterne rouge du Championnat.

"Il faut rentrer sur le terrain avec la faim de gagner, et ce n'était pas le cas aujourd'hui (mercredi). Dans le foot, le maillot ne fait pas gagner de matches", concède Marquinhos.

Repus, les Parisiens? Cela fait un mois que leur volonté, qui leur a permis de remporter leurs 14 premiers matches de Championnat, semble émoussée avec deux petits nuls à Bordeaux (2-2) et Strasbourg (1-1), des victoires poussives contre Nantes (1-0) en L1 ou Orléans (L2, 2-1) en Coupe de la Ligue.

. Un effectif à renforcer

Ce coup de mou mental se prolonge sur le plan physique, où les limites de l'effectif de Tuchel sont apparues, en plein coeur du mercato d'hiver qui a débuté le 1er janvier.

Le technicien allemand a titularisé la majorité de ses cadres pour les matches de Pontivy (N3, 4-0) dimanche en Coupe de France et de Guingamp - deux rencontres de rentrée qui généralement donnent l'occasion aux remplaçants de s'exprimer.

La mise au ban d'Adrien Rabiot et le cas de Lassana Diarra - plus utilisé et sur le départ - laissent un vide au milieu de terrain, que Tuchel colmate avec un défenseur, Marquinhos, en attendant le renfort qu'il demande depuis cet été.

"Je suis un peu nerveux", avait-il lâché mardi, d'autant que son équipe s'apprête à jouer presque tous les trois jours jusqu'en mars, avec notamment une double confrontation contre Manchester United en 8es de finale de Ligue des champions.

Il va devoir attendre un peu: deux des cibles parisiennes, le Gallois Aaron Ramsey (Arsenal) et le Néerlandais Frenkie de Jong (Ajax) se sont éloignées de la capitale, selon la presse.

. Une "penaltite" à soigner

Il fallait bien un scénario digne d'une tragédie pour faire chuter ce géant: avec trois penalties sifflés contre lui en trente minutes, le PSG a subi des circonstances rarissimes... mais presque prévisibles.

"Au Real, au Barça ou au Bayern, tu peux attendre 100 ans et ça n'arrivera jamais!", a pesté Tuchel, furieux contre l'arbitrage.

Mais l'équipe de Thiago Silva a déjà concédé dix penalties en 27 matches cette saison, dont quatre rien que par l'Allemand Thilo Kehrer, encore coupable contre Guingamp, selon le statisticien Opta.

Trois des matches les plus importants du PSG cette saison ont témoigné de cette faiblesse: contre Liverpool deux fois (aller et retour), et à Naples, en C1. Curieux pour un club si ambitieux.

. Un calendrier à maîtriser

Cette première défaite sur le plan national a une vertu: celle de libérer le PSG d'une demi-finale de la Coupe de la Ligue, le 29 ou le 30 janvier, au coeur d'une séquence très chargée, rythmée par des chocs contre ManU, mais aussi Lyon et Marseille.

"C'est une leçon", reconnaît Marquinhos, avant de se rendre à Amiens samedi en Ligue 1 pour un combat du même type que celui proposé par Guingamp qui va tester les capacités de rebond du groupe.

Le PSG s'envolera dimanche pour quatre jours au Qatar, où l'attendent entraînements et activités promotionnelles. L'occasion de retrouver un nouveau souffle, ou celle de perdre encore de l'énergie à un moment clé? Au retour de Kylian Mbappé et cie, un beau révélateur, en Championnat, les attend le samedi 19 janvier: Guingamp.

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL sport

Alertez nous

Si c'est un gros fichier vidéo, passez par le site wetransfer.com (et email de destination: rtlinfo@rtl.be)

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?