Guy ne digère pas s'être fait flasher deux fois au même endroit, à 53 km/h puis 51 km/h: "Ça dépasse l'entendement"

Guy s'est fait flasher deux fois au même endroit, à quelques semaines d'intervalles. Dans les deux cas, le septuagénaire a dépassé de peu la limite des 50 km/h sur une rue fréquentée de La Panne. Estimant ne pas pouvoir avoir les yeux fixés sur le compteur en permanence, il juge les sanctions "exagérées".

Guy, Anderlechtois de 71 ans qui séjourne régulièrement sur la Côte belge, s'est fait prendre en excès de vitesse sur la Veurnestraat durant le mois d'août de cette année. Il a été contrôlé à 59 km/h au lieu de 50 km/h. Sur le PV, la vitesse est corrigée à 53 km/h. Coût: 53 euros. "La première amende, je l'ai payée le jour même. J'ai commis une erreur, je suis en tort et je ne discute absolument pas cela. 9 km/h mesurés, et 3 km/h après correction. Ce n'est pas grand-chose, mais c'est au-delà de la limite, donc il n'y a rien à dire", nous confie-t-il via le bouton orange Alertez-nous.


"Comment voulez-vous contrôler cela ?"

Mais quelques semaines plus tard, Guy dépasse à nouveau les limitations, exactement au même endroit. Cette fois il va un peu moins vite: 57 km/h. La vitesse est corrigée et ramenée à 51 km/h, soit seulement 1km/h au-dessus de la limite autorisée. Coût: à nouveau 53 euros, mais cette fois, la note passe mal. "C'est n'importe quoi ! Pour 1 km/h, honnêtement, ça dépasse l'entendement. Comment voulez-vous contrôler cela ? Je ne trouve pas ça correct. C'est de l'excès de zèle", fulmine-t-il.

> COMMENT CALCULER SON AMENDE POUR EXCES DE VITESSE ?

Pour Benoît Godart, porte-parole de l'Institut Vias, Guy ne dépasse en effet que d'1 km/h la vitesse pour laquelle on est sanctionné. Mais l'excuse du compteur ne tient pas vraiment la route. "Il faut savoir qu'il y a une directive donnée à toutes les zones de police du pays qui est de retirer 6 km/h à la vitesse contrôlée, et 6% au- delà de 100 km/h. Donc ici, s'il a été verbalisé à 51 km/h, c'est qu'il est passé à l'endroit où le contrôle était effectué à 57 km/h, soit plus proche des 60 au compteur", nous explique-t-il.

Et pour éviter de rencontrer des problèmes similaires à l'avenir, il avance une solution dont Guy pourrait se servir. "Sur les axes où il n'est pas facile de rester à la limitation autorisée, je conseille toujours de mettre le Cruise Control. Ca permet de ne pas avoir de mauvaise surprise", ajoute-t-il.


Pourquoi ne pas tenir compte des antécédents ?

Guy, qui conduit depuis 1966 et a passé plusieurs dizaines d'années à travailler en tant qu'autocariste, la pilule reste difficile à avaler. D'autant qu'il avance avoir un CV "exemplaire" sur nos routes. 53 euros pour 1 km/h, il n'en démord pas: c'est très sévère. "Je trouve qu'ils devraient regarder les antécédents des gens avant de verbaliser. Moi je n'ai jamais eu de souci alors que je conduis depuis 1966. J'ai traversé toute l'Europe. Me demander 53 euros pour 1 km/h, alors que toute ma vie j'ai toujours respecté le code de la route, je ne trouve pas ça correct".

Mais à l'heure où tout est automatisé, tenir compte du passé de chaque automobiliste n'est pas à l'ordre du jour. Surtout qu'en fait, un PV ne laisse aucune trace sur votre CV. "Tenir compte des antécédents, ce n'est pas possible car s'il paie en perception immédiate, il n'y a plus aucune trace de cette infraction et aucun casier. C'est pour les plus grosses infractions, quand l'auteur est renvoyé devant le tribunal de police, qu'il y a un dossier. Mais vous pourriez très bien être un conducteur exécrable, commettre un excès de vitesse très régulièrement sans que personne n'en ai la moindre trace", explique Benoît Godart.


Les récidivistes bientôt plus sévèrement punis

Mais attention, tout cela pourrait bientôt changer. Non pas pour "passer l'éponge" en faveur des automobilistes qui ne se font pas souvent verbaliser, mais bien pour sanctionner plus sévèrement ceux qui commettent des infractions légères ou moyennes à répétition. "Dans les prochains mois, il est prévu qu'il y ait un lien entre la base de données des plaques d'immatriculations et les PV liés à l'automobiliste. La balle est dans le camp de la Justice. Parce que pour le moment, il est possible qu'une personne commette 10 infractions en autant de jours, qu'elle paie chaque fois en perception immédiate, et qu'il n'y ait plus aucune trace de ça. Ce n'est pas normal non plus, et ces automobilistes pourraient à terme être poursuivis devant le tribunal de police", prévient Benoît Godart.

Une initiative qui, contrairement à ce que l'on pourrait penser, satisfait Guy malgré ses deux PV de ces dernières semaines. "C'est une bonne chose ça. Parce que oui, je suis pour les sanctions sévères à l'égard des gens qui roulent tout le temps trop vite. Qu'ils soient envoyés au tribunal de police, ce serait tout à fait normal. Mais par contre, qu'on laisse les personnes tranquilles pour 1 km/h", conclut-il.

Arnaud Vankerckhove

A lire aussi

Un automobiliste flashé à plus de 130 km/h dans une zone limitée à 70 km/h à Ramillies

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?