Il ne faudrait plus qu'un mois pour éliminer "ce qu'il reste" du groupe terroriste Etat islamique dans l'est syrien

Il ne faudrait plus qu'un mois pour éliminer "ce qu'il reste" du groupe terroriste Etat islamique dans l'est syrien

Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) sont désormais acculés dans un territoire de quatre kilomètres carrés dans l'est de la Syrie, près de la frontière avec l'Irak, a annoncé lundi un haut commandant d'une alliance arabo-kurde.

En septembre, les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé avec le soutien d'une coalition internationale anti-EI emmenée par Washington leur offensive contre l'ultime réduit djihadiste dans l'est syrien. Au fil des mois, ils ont conquis la grande majorité de ce bastion. Les djihadistes ne tiennent plus qu'une poignée de hameaux et de terres agricoles ainsi qu'un petit carré dans le village de Baghouz. "Géographiquement parlant, il ne reste que quatre kilomètres sous le contrôle de l'EI, de Baghouz en allant vers la frontière irakienne", a indiqué Heval Roni, chef des opérations des FDS dans le secteur.

De hauts dirigeants toujours présents, mais qui?

"De hauts dirigeants de l'EI sont toujours présents" dans ce dernier réduit, "mais on ne sait pas de qui il s'agit précisément", a ajouté le commandant depuis Soussa, localité arrachée aux djihadistes à la mi-janvier. D'après lui, ces djihadistes de premier rang seraient "majoritairement irakiens". "Nous n'avons rien entendu à propos d'Abou Bakr al-Baghdadi", a souligné, par ailleurs, M. Roni, alors que le sort du chef de l'EI demeure un mystère.

Il a été donné pour mort à plusieurs reprises. Un message audio lui étant attribué a été diffusé en août dernier. Malgré leur mise en déroute, les djihadistes continuent de prouver leur capacité de nuisance. Ils lancent régulièrement des attaques suicide contre les FDS pour tenter de freiner leur avancée.


Un mois pour "éliminer ce qu'il reste de l'EI"

Dans un entretien à l'AFP, le commandant en chef des FDS Mazloum Kobani a récemment estimé que ses hommes auraient encore besoin d'un mois pour "éliminer ce qu'il reste de l'EI".

Depuis septembre, les affrontements ont tué plus de 1.200 djihadistes, contre plus de 600 combattants de l'alliance kurdo-arabe, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Au moins 400 civils, dont 144 enfants ont en outre péri, d'après la même source. Déclenché en 2011 avec la répression par le pouvoir syrien de manifestations pro-démocratie, le conflit syrien s'est complexifié au fil des ans, impliquant puissances étrangères et groupes djihadistes. Il a déjà fait plus de 360.000 morts.

AFP

A lire aussi

Angelina Jolie se rend à Mossoul, ancien fief du groupe Etat islamique: "Les gens ont tout perdu" Combat pour chasser l'Etat islamique dans l'est de la Syrie: "Ce sera plus long que prévu, les jihadistes profitent des tempêtes de sable" L'Etat islamique change de stratégie: "Ils étaient sur terre, maintenant ils sont sous terre" Ultime assaut contre ce qu'il reste de l'Etat islamique: l'évacuation des civils a commencé Les autorités belges délivrent des documents de voyage à deux premiers enfants de combattants syriens

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?