Des licenciements "passent inaperçus" chez Base, accuse un employé: l'opérateur fait le point sur la situation

Le groupe Telenet, qui détient désormais le 3e réseau mobile belge, nous assure qu'il n'y a "pas de vague de licenciements", mais la poursuite d'une nouvelle stratégie concernant les "shops", donc les différents magasins physiques exploitant les marques du groupe.

Base, marque commerciale exploitant le troisième réseau mobile belge depuis 1999, connait une situation assez particulière.

L'opérateur mobile a en effet changé plusieurs fois de propriétaires ces dernières années, pour finir dans l'escarcelle du très ambitieux Telenet. Câblodistributeur du nord du pays à l'origine, Telenet est désormais présent dans tous les secteurs des télécoms, depuis qu'il a acquis la marque et les infrastructures de Base, qui appartenaient aux Néerlandais de KPN Group auparavant.

Le but de ce genre d'acquisition stratégique est aussi de réaliser des économies d'échelle, notamment en supprimant les doublons. Ce serait, d'après un employé de Base/Telenet, la raison de petites vagues de licenciements successives ces dernières années.

"Je tiens à vous informer que l'opérateur Base s'apprête à fermer 6 magasins. Une quinzaine de magasins avaient déjà fermé en 2018", nous a écrit une personne souhaitant rester anonyme "car la situation est délicate actuellement".

D'après lui, en sucrant petit à petit dans les effectifs, "l'entreprise évite ainsi la loi Renault vu le faible nombre de personnes licenciées par rapport à la taille de l'entreprise (+ de 3000 travailleurs)".

"Ces licenciements, contrairement à Proximus (1.900 emplois supprimés prochainement, voir les détails), passent pour le moment complètement inaperçus aux yeux du public, il n'y a pas de couverture médiatique", conclut-il.

Il y a la nécessité de consolider et d’optimaliser notre réseau commercial

Qu'en pense Base/Telenet ?

La marque commerciale Base existe toujours, mais c'est bien le groupe Telenet qui dirige tout désormais. Sa porte-parole Coralie Miserque fait le point sur la situation. Elle précise d'emblée qu'il n'y a "pas de vague de licenciements", mais qu'en 2019, le groupe poursuit sa nouvelle stratégie d'implantation concernant les shops

Tout d'abord, combien y a-t-il de magasins Base et Telenet dans le pays ? "En ce qui concerne BASE, nous avons à ce jour 68 shops en Belgique (nos propres magasins), 162 dealers (indépendants) et nous sommes également présents dans des chaînes (Krefel, MediaMarkt,…) soit dans une centaine de points de ventes. En ce qui concerne Telenet, nous avons 33 magasins en Belgique (nos propres magasins), dont 6 à Bruxelles, et nous travaillons également avec des Telenet Centers (72 en Belgique dont 5 à Bruxelles et un à Chimay) qui sont des partenaires (qui vendent également leurs propres équipements et services mais ne vendent que les produits Telenet au niveau télécom)".

La porte-parole affirme qu'il n'y a "pas de vague de licenciements", mais qu'en 2019, le groupe poursuit sa nouvelle stratégie d'implantation concernant les shops

Pourquoi fermer des magasins ? "Il y a différentes raisons peuvent nous pousser à fermer des magasins", poursuit-elle. Il y a tout d'abord "la nécessité de consolider et d’optimaliser notre réseau commercial" afin d'éviter d'avoir "plusieurs magasins dans une même zone". A titre d’exemple, "nous venons de fermer un magasin à Charleroi (rue de la Montagne), car la majorité des commerces ont fermé ces derniers années dans cette rue, il n’y a plus assez de passage. Et nous avons un autre shop dans le centre commercial Rive Gauche qui est à 5 minutes à pied".

Il y a également "la nécessité d’investir dans notre réseau commercial en les rénovant et/ou en les déménageant vers des espaces plus grands afin de proposer une meilleure expérience client", précise la porte-parole, évoquant un cas à Bruxelles. "Nous avons par exemple déménagé le magasin de City 2 et de la rue des Fripiers dans des surfaces plus grandes l’an dernier. En conséquence de cela, le magasin situé boulevard Anspach vient d’être fermé". Elle précise que "en Flandre, nous avons fermé le magasin dans le centre de Sint-Niklaas pour des raisons de rentabilité et également parce que nous avons un autre magasin dans la même ville (Waasland shopping). Nous avons fermé aussi à Brasschaat". 

Autre cas: "à Bruxelles, deux anciens shops BASE sont également devenus des shops Telenet (rue Neuve, où nous avions deux shops BASE, ce qui ne se justifiait plus, et un autre à Stockel)". 

La porte-parole précise qu'il n'y a "pas d’autres fermetures prévues en 2019".

Mathieu Tamigniau

A lire aussi

Panne chez Proximus: Daniel obligé de courir lui-même chercher les pompiers
La direction de Proximus étudie les propositions des syndicats
Marie se demande si elle peut "se fier aux sondages rémunérés" sur internet: votre avis vaut-il vraiment de l'argent ?

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?