Joëlle Milquet se dit "profondément choquée" par la montée du Vlaams Belang

Joëlle Milquet se dit "profondément choquée" par la montée du Vlaams Belang

L'ancienne ministre Joëlle Milquet (cdH) s'est dite lundi "choquée" et "préoccupée" par la montée du Vlaams Belang enregistrée à l'occasion du scrutin de dimanche au nord du pays.

"Je suis profondément choquée de voir l'extrême droite flamande comme une déferlante brune. C'est largement préoccupant", a commenté l'ancienne présidente du cdH à son arrivée au bureau politique du parti, lundi matin.

Interrogée sur la composition d'une future majorité fédérale, Mme Milquet a jugé qu'une coalition sans la N-VA pouvait parfaitement être envisagée, malgré son statut de premier parti. "Il n'y a pas de fatalité à ce que la N-VA soit au gouvernement (fédéral)", a-t-elle jugé. Elle s'est toutefois refusée à commenter les résultats électoraux du cdH, lequel a perdu dimanche un tiers de ses députés environ.

Candidate dans un premier temps à la Chambre dans l'arrondissement de Bruxelles pour soutenir son parti en perte de vitesse dans les sondages, elle avait décidé en dernière minute de renoncer afin de pouvoir se consacrer pleinement à une mission au niveau européen portant sur les victimes d'attaques terroristes.

Interrogée pour savoir si elle regrettait ce choix à la lumière des faibles résultats électoraux du cdH sur Bruxelles, l'ancienne machine à voix centriste a préféré éluder.


"Une défaite de toute la démocratie" pour Georges Dallemagne

Quant au député fédéral Georges Dallemagne (cdH), il a qualifié lundi de "défaite" les résultats engrangés dimanche soir par son parti, lequel a perdu un élu sur trois en moyenne.

"C'est une défaite, c'est clair, même si je suis très satisfait de mon score personnel puisque je double mes voix", a commenté M. Dallemagne à son arrivée au bureau du parti du cdH, lundi matin, à Bruxelles. Selon lui, le cdH n'est toutefois pas le seul parti politique à avoir essuyé un revers dimanche, pointant le recul des partis traditionnels au sud du pays, mais aussi en Flandre où l'extrême droite a réalisé dimanche une percée.

"C'est en fait une défaite de toute la démocratie à laquelle on assiste. L'avenir du pays est en jeu. On vit un moment de gravité. Ce ne sera pas simple à gérer demain vu la fragmentation des forces politiques. Aujourd'hui, il faut donc se rassembler", a-t-il plaidé.

Interrogé sur les causes, selon lui, de ce nouveau reflux centriste, M. Dallemagne s'est refusé à pointer l'un ou l'autre responsable en particulier. Il a toutefois estimé qu'il conviendrait à présent de "reconstruire une offre humaniste" dans le nouveau paysage politique belge.

> DÉCOUVREZ LES RÉSULTATS (Par élection, circonscription, commune, candidat)

RTLINFO avec BELGA

A lire aussi

Maxime Prévot, le président du cdH, sur les futures coalitions: "Le jeu est plus ouvert que jamais" (vidéo) Le MR au coude-à-coude avec le cdH dans la province de Luxembourg Maxime Prévot a la gueule de bois ce matin: "C'est une nuit douloureuse pour la démocratie" Michel De Maegd, Jean-Denis Lejeune ou encore Claude Moniquet, qui est élu parmi les visages connus? Une nouvelle enquête ouverte sur Joëlle Milquet, soupçonnée de subornation de témoins: elle conteste

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?