Le PTB veut que la Wallonie aille contre certains traités européens: "C'est aussi dans le programme du PS"

Le député fédéral Raoul Hedebouw, chef de file francophone du PTB, est revenu ce matin sur Bel RTL sur son entrevue hier avec les informateurs du PS, Elio Di Rupo et Paul Magnette. Certains points sur lesquels le parti de gauche radicale ne transigera pas ont été abordés.

Selon Raoul Hedebouw, son parti est enfin pris au sérieux par les socialistes comme futur partenaire de majorité potentiel. "Il n'y avait pas photo par rapport à il y a 5 ans. C'était assez respectueux, ça a duré 2 heures, un vrai débat sur l'avenir de la Wallonie, sur les priorités à avoir. On ne s'est pas lancé des anathèmes à la figure", a-t-il détaillé.

Il a cité un exemple de thème cher au PTB pour accepter de monter dans un gouvernement et abordé avec le PS. "On a pu débattre par exemple sur les investissements en Wallonie. La question de savoir si oui ou non les investissements sont repris dans le budget qu'on va remettre à l'Europe. Pour le PTB on dit "non". Les investissements ça peut rapporter. Il faut arrêter d'accepter cette austérité européenne."


Sauver les banques allait aussi contre les traités...

Le problème, c'est qu'une telle mesure irait à l'encontre des traités européens, qui obligent les pouvoirs publics à comptabiliser leurs investissements dans la case "dépense", pour éviter de creuser les déficits publics. Le risque, ce sont des sanctions financières européennes pour la Wallonie.

Pour Raoul Hedebouw, contourner les traités ne doit pas poser problème : "En 48h on a trouvé des milliards pour les banques contre toute forme de traités européens et on ne va pas les trouver pour le service public?", a-t-il répondu, ajoutant que son parti n'était pas le seul à proposer cela. "Je constate que dans le programme du PS même, il est indiqué noir sur blanc -et nous on prend leur programme au sérieux- :'Sortir les investissements du budget qu'on soumet à l'Europe'. Donc soit c'était du verbiage pré-électoral, soit ils le pensaient réellement."


Ecolo aurait la clé

"Je pense qu'on peut rentrer dans une majorité"
si certaines des priorités du PTB sont respectées et inscrite dans l'accord de gouvernement. Parmi celles-ci, une grille des logements, l'investissement dans les logements sociaux, la baisse du salaire des ministres ou encore la gratuité des transports en commun. Mais "le PTB n'a pas la main. Ça dépendra  aussi du positionnement d'Ecolo. Que dit Ecolo là-dedans? Moi "ni gauche ni droite", je commence un petit peu à en avoir ras-le-bonbon. Est-ce qu'Ecolo veut une majorité de gauche en Wallonie ou est-ce qu'Ecolo veut aller avec le MR?"

A lire aussi

Nadia Moscufo, nouvelle députée PTB, va elle aussi refuser les 6000€ nets par mois: "Je vais continuer à vivre avec ce que je gagne maintenant" Peter Mertens répond à ceux qui qualifient le PTB de "parti non démocratique": "une arrogance et un dédain trop faciles" Élections 2019: les résultats chamboulent les finances de certains partis, le PTB va gagner 5 fois plus qu'avant Négociations politiques: le PTB se dit "prêt à faire des compromis" Obligation de donner une partie de son salaire, menaces, surveillance: le PTB se comporterait-il comme une secte ?

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?