En 10 ans, le prix des terres agricoles a triplé: Fabian a perdu 52 hectares de prairie

Plus d'infos sur Prairie

Le prix des terres agricoles est de plus en plus élevé en Wallonie. En 10 ans, il a augmenté de 300%. Des tarifs qui deviennent compliqués à assumer pour les petits exploitants. Des coopératives ont été créées pour leur venir en aide.

En 2010, Fabian Renaud, éleveur de bovins à Manhay, perd 52 hectares de prairie, situés en bordure de bois. En cause: la modification du cahier des charges pour la location. Les prix explosent. Fabian ne peut plus s’aligner. "Ce qui a fait mal, la grosse déception, c’est le fait que ce soient des autres agriculteurs pas très loin de chez nous, des gens qu’on côtoyait, qui sont venus mettre des gros sous. En sachant qu’on exploitait ces terres et qu’on en avait besoin. Ça c’est vraiment le gros coup de poignard", se souvient-il.

Il est victime de la hausse du prix des terres agricoles. En dix ans, leur prix aurait été multiplié par trois. Pour expliquer ce phénomène, il y a plusieurs facteurs: la spéculation d’investisseurs, l’urbanisation et le rachat des parcelles par des agriculteurs industriels.


Les fermes industrielles de plus en plus nombreuses

"Les courbes se sont croisées", explique François Leboutte, chargé de projet à l’Asbl "Terre en vue". "Les fermes de plus de 50 hectares sont maintenant plus nombreuses que les fermes de moins de 50 hectares. Ça n’a jamais été le cas dans l’histoire. Allez dans n’importe quel village pour demander l’histoire des agriculteurs. Ils vont vous dire qu’il y en a encore deux ou trois. Et il y a 40 ans, il y en avait une dizaine ou une quinzaine."

La coopérative "Terre en vue" vient en aide à ces agriculteurs. Fabian a pu compter sur son soutien. L'Asbl a récolté 125.000 euros, rassemblés par 136 citoyens, pour l’achat de ses neuf hectares de terres. L’éleveur loue la surface à un prix raisonnable. "Personnellement, ce sont ces solutions-là qui m’ont sorti de l’ornière, qui ont fait que la ferme existe encore aujourd’hui", relate-t-il. "Et là, 'Terre en vue' est soutenue par la population. La force, elle est là."

L’association réclame la mise en place d'un mécanisme de régulation foncière. 

Sébastien Prophète et Aline Lejeune

A lire aussi

La Wallonie continue à grignoter sa forêt et ses terres agricoles La Fwa fête son centenaire et 100 ans de syndicalisme agricole Les capitales demandent à la Commission de simplifier sa future Politique agricole commune Prix négatifs de l'électricité: la capacité de Tihange 3 modulée

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?