Mohamed part travailler lundi et constate que ses plaques d’immatriculation ont été volées: y a-t-il un moyen de s'en prémunir?

Au niveau belge, les vols des plaques d’immatriculation sont en baisse constante. Mais à Charleroi, ces chiffres sont en (légère) hausse. Mohamed en a fait l’amère expérience récemment. L’occasion de rappeler les démarches à effectuer, les raisons de cette pratique et d’autres informations à bien garder en tête...

Tous les jours en Belgique, des plaques d’immatriculation sont volées. Mohamed est l’une des nombreuses victimes de cette pratique: il a contacté la rédaction de RTL info via le bouton orange Alertez-nous pour faire part de son agacement.

C’est au mois d’avril dernier que notre témoin de la région de Charleroi a eu une mauvaise surprise. “C’était un lundi matin, je partais travailler. Ma voiture était garée dans ma rue, en face de mon domicile”.

Ce n’est qu’arrivé sur son lieu de travail qu’il remarque que sa plaque arrière a disparu. “J’ai fait le tour de la voiture et j’ai vu que la plaque avant avait également été volée. Les deux plaques étaient manquantes. C’est la première fois que ça m’arrive mais c’est lourd, c’est compliqué à régler”, nous a-t-il confié.

Voiture immobilisée deux semaines

C’est le début d’une série de démarches administratives dont Mohamed se serait bien passé. “J’ai été immédiatement à la police, pour déclarer le vol. On a pris ma déposition, on m’a expliqué ce je devais faire et on m’a remis un papier de dépossession involontaire de plaque d’immatriculation”.

Il faut ensuite “prévenir l’assurance et la DIV”, le service fédéral d’immatriculation des véhicules. “Au total, j’ai du attendre deux semaines et j’ai payé une trentaine d’euros pour me faire livrer mes nouvelles plaques”.

Une situation gênante. “Heureusement, mon père n’avait pas besoin de sa voiture à ce moment-là, j’ai pu aller travailler. Ma voiture, elle, est restée immobilisée”.

Un phénomène constant: comment l’expliquer ?

Le vol de plaques d’immatriculation n’a rien de nouveau, vous l’imaginez. On a rassemblé les derniers chiffres disponibles pour se rendre compte du phénomène.

Au niveau national, tout d’abord, on constate plutôt une baisse. De 4.500 en 2013, on est passé à 3.500 en 2018, selon un rapport récent que nous a transmis la police fédérale.

Au niveau de la zone de Charleroi, la tendance est inverse, mais n’indique pas pour autant une vague de vols récents. De 519 déclarations de vol de plaques en 2006, on est passé à “793 en 2016, 889 en 2017, et 897 en 2018”, nous a déclaré David Quinaux, porte-parole de la police de Charleroi. Le porte-parole, au moment d’évoquer des faits similaires il y a quelques temps, donnait quelques détails supplémentaires.

Pourquoi vole-t-on une plaque d'immatriculation ? Il y a deux raisons majeures expliquant ce type de vol: "Pour la mettre sur un véhicule qui va servir à faire un mauvais coup ou pour la poser sur un véhicule non assuré ou non immatriculé".

Pourquoi faut-il signaler le vol le plus vite possible ? Le porte-parole de la zone de police de Charleroi conseille vivement aux personnes victimes d'un méfait de ce genre de déposer plainte de manière systématique "et le plus vite possible”, insiste-t-il. “Le facteur temps est essentiel si on veut la retrouver. Et on en retrouve tous les jours". Cela évite certains désagréments comme par exemple des amendes, si le voleur se fait flasher avec votre plaque. Sachez également qu’une fois la plaque d'immatriculation déclarée volée, elle est radiée. "Le numéro volé est déclaré et recherché dans tout l'espace Schengen". La plaque reste la propriété de l'Etat belge: la DIV récupère donc la plaque si celle-ci est retrouvée, et le numéro de plaque peut être réattribué ultérieurement.

Que faire pour se prémunir d’un tel vol ? Certaines personnes se demandent s’il est possible de rouler avec deux copies afin de sécuriser la plaque légale dans son véhicule (son coffre par exemple). Pour David Quinaux, la réponse est claire : "Cela ne change rien, qu'elle soit vraie ou fausse, et c'est illégal. C'est comme les photocopies des documents de bord du véhicule, ce n'est pas légal".

L’une des solutions, mais elle n’est guère pratique: riveter la plaque (la fixer avec des rivets) pour qu'elle soit mieux fixée, et donc moins facilement détachable. "La loi dit que la plaque doit être solidement fixée”, répond le porte-parole de la police de Charleroi. Il est donc “permis de mettre des rivets”, mais si le voleur s’acharne, les dégâts sur la voiture pourraient coûter plus cher qu’une nouvelle plaque...

Mathieu Tamigniau

A lire aussi

Thierry dénonce un "trafic de plaques de voitures" à Charleroi: comment protéger sa plaque d'immatriculation des nombreux vols?

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?