Plus de légumineuses et moins de viande: à quoi ressemble l'assiette de demain ?

Plus de légumineuses et moins de viande: à quoi ressemble l'assiette de demain ?

Lentilles, pois chiches ou encore haricots secs cartonnent en vrac dans les magasins. Les légumineuses s'inscrivent dans le quotidien des consommateurs. La viande, elle, a tendance à reculer.

La consommation de légumineuses, racines et tubercules est en constante augmentation. Les lentilles, les pois, les haricots secs s'emparent des rayons et le consommateur a l'embarras du choix.

"C'est très bon", explique une habituée dans un magasin bio à Bruxelles. "Maintenant, il y a des haricots de toutes les couleurs".

Et ce n'est pas fini, selon un rapport dressé par une agence des Nations Unies et l'OCDE. La consommation de légumineuses devrait progresser de près de 2% par an dans le monde d'ici à 2028. Un constat qui se vérifie en Belgique.


Des lentilles produites localement ?

Une vendeuse du magasin précise : "Les lentilles vertes, c'est des belges. Les lentilles corail c'est de Turquie. Il y en a des françaises, aussi."

Cette culture a-t-elle de l’avenir chez nous ? Selon Aurélie Noiret conseillère au service d’études de la Fédération wallonne de l’agriculture, la production est en tout cas susceptible d'augmenter.

"En Belgique, on produit déjà certaines légumineuses, comme les fèves des marais. On produit également un petit peu de lentilles, également du quinoa, qui n'est pas une légumineuse, mais qui est riche en protéines. La production est susceptible d'augmenter, mais pour cela on a besoin de variétés qui offrent aux agriculteurs une stabilité dans les rendements, mais également une stabilité dans la qualité, et une résistance aux maladies et insectes nuisibles."

Des variétés plus stables, mais dont la sélection peut prendre jusqu'à 20 ans !


Plus de légumineuses, mais moins de viande

En matière de viande, beaucoup privilégient la qualité. Comme ce client, qui a diminué sa consommation. "De manière générale, les gens mangent moins de viande, mais mangent mieux. Moi, je suis un carnivore, et je mange moins de viande, effectivement. Pour plein de raisons, pour des raisons de santé, pour des raisons d'ordre plus écologique, et pour en manger de meilleure qualité, aussi."

L'assiette de demain semble donc se composer de "plus de légumes, plus de fruits, plus de produits locaux, surtout et peut-être moins de viande, à voir...", pour une autre cliente du magasin.


Une bonne nouvelle pour le portefeuille

Le succès du rayon légumineuses est en tout cas confirmé par le directeur organisationnel des magasins Farm, Jean-David Couderc. Ce succès s'explique notamment par le prix des légumineuses, moins chères que la viande, mais tout aussi riches.

"Dans nos magasins, les gens ont déjà l'habitude, vu le prix très élevé de la viande, de consommer beaucoup moins de viande, donc ils se tournent naturellement vers des légumineuses qui sont au kilo", raconte le directeur. "Le kilo de viande est en moyenne à 25/30 euros le kilo, alors que les légumineuses sont entre 4 et 5 euros le kilo."

Selon Jean-David Couderc, consommer plus de légumineuses et réduire sa portion de viande est la manière la plus simple de conserver le même budget d'achat en bio.

Bernard Lorbet

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?