Déforestation au Brésil: Bolsonaro accusé de "lâcheté"

Le directeur de l'organisme public brésilien chargé de mesurer la déforestation a taxé le président d'extrême droite Jair Bolsonaro de "lâcheté", pour avoir remis en cause publiquement les chiffres officiels.

"Il a fait preuve de lâcheté en s'exprimant ainsi. Peut-être qu'il s'attendait à ce que je présente ma démission, mais je ne le ferai pas", a déclaré Ricardo Magnus Osório Galvão, directeur de l'Institut national de recherche spatiale (INPE), lors d'un entretien publié dimanche dans le journal Estado de S. Paulo.

"J'espère qu'il me convoquera à Brasilia pour expliquer les données et qu'il aura le courage de répéter ça face à moi, les yeux dans les yeux", a-t-il ajouté.

M. Galvao réagissait à des déclarations incendiaires du chef de l'Etat vendredi, à l'occasion d'un petit déjeuner avec des journalistes de plusieurs médias étrangers, dont l'AFP.

"Si toute cette dévastation dont vous nous accusez était réelle, la forêt amazonienne serait déjà un grand désert", avait déclaré le président, un climato-sceptique notoire.

"Nous avons la conviction que les données que l'INPE a fournies à la presse sont mensongères, qu'elles sont au service des ONG", avait-il poursuivi.

Les dernières données de l'INPE font état d'une augmentation de 88% de la déforestation au Brésil en juin par rapport à ce qui avait été recensé pour le même mois l'année dernière.

"La façon dont il s'est exprimé m'a vraiment effrayé. Il a proféré des accusations indues contre des personnes du plus haut niveau de la science brésilienne", a renchéri le directeur de l'INPE dans un autre entretien, à la chaîne TV Globo.

Le dirigeant a également cité une plaisanterie récurrente du président Bolsonaro, pour qui les ministres des Sciences des gouvernements précédents ne savent pas faire la différence entre la loi de gravitation universelle et la gestation, les mots "gravidade" et "gravidez" étant très proches en portugais.

"C'est une blague de gamin de 14 ans, on ne devrait pas entendre ça de la part d'un président de la République", a conclu M. Galvao.

Jair Bolsonaro, 64 ans, a réitéré ses critiques envers l'INPE dimanche, à Brasilia, laissant entendre que le gouvernement souhaiterait contrôler le timing de la diffusion des données sur la déforestation pour éviter de faire "de la mauvaise publicité contre le Brésil".

"Nous vivons une véritable psychose environnementale. Il faut combattre la déforestation, mais ce n'est pas juste de faire campagne contre le Brésil", a affirmé le chef de l'Etat à la sortie d'une cérémonie religieuse.

"Si des données sont alarmantes, il (le directeur de l'INPE) devrait, par patriotisme, prévenir le ministre et lui dire que les chiffres seront diffusés, pour qu'il se prépare. Cette façon de rendre publics ces chiffres nous porte préjudice", a-t-il souligné.

Au Brésil, où se trouve plus de 60% de la forêt amazonienne, le "poumon de la planète" est sans cesse grignoté par l'expansion agricole.

Les données de l'INPE montrent que ce mouvement s'est intensifié depuis l'arrivée au pouvoir en janvier de Jair Bolsonaro, considéré comme le champion de l'agro-négoce.

AFP

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?