Mustapha Iken jugé pour les faits commis lors de sa cavale: "Je n'ai pas envie qu'on en fasse un deuxième Farid Bamouhammad"

Mustapha Iken est jugé depuis ce jeudi 11 septembre par le tribunal correctionnel de Liège pour des faits commis lors de sa cavale après son évasion spectaculaire de la prison de Lantin il y a deux ans. L'audience est encadrée de mesures de sécurité particulières, avec une grande présence policière.

L'individu a déjà écopé d'une peine de 15 ans de prison dont il a fait appel. En tout, une dizaine de prévenus répondront de faits de vols à mains armées, stupéfiants et détention d'armes de guerre. Trois audiences seront nécessaires pour juger de l'ensemble des faits reprochés aux différents prévenus.

Mustapha Iken, qui s'était évadé de la prison de Lantin en 2017, est le principal prévenu. Il devra, par ailleurs, comparaître encore en novembre prochain après avoir fait appel d'une condamnation à 15 ans de prison pour différents braquages.

Que va-t-on faire de lui ?

"Si on enlève la période de cavale d'un an, il n'a passé qu'un an en liberté depuis ses 18 ans. Il a déjà été condamné à plus de 36 ans de prison alors qu'il n'a jamais tué, qu'il n'a pas de sang sur les mains, qu'il n'a étranglé personne. La question se pose de savoir ce qu'on va faire de ce garçon, parce qu'à son âge, vu les perspectives, je n'ai pas envie qu'on en fasse un deuxième Farid Bamouhammad (Farid dit "Le Fou", qui a fait des aller-retours toute sa vie avec les prisons belges, NDLR)", a expliqué Mathieu Simonis, avocat de Mustapha Iken.

Alors qu'il était en cavale, Mustapha Iken avait été repéré par la police qui avait utilisé des méthodes particulières de recherche pour assurer sa surveillance. Il avait finalement été intercepté avec différents complices. Des armes de guerre et des brouilleurs d'ondes avaient été retrouvés à cette occasion.

Le dossier reproché aux prévenus comporte des faits de coups et blessures, d'association de malfaiteurs, de plantation de cannabis, de vols à main armée ou encore de détention d'armes de guerre.

Mathieu Tamigniau

A lire aussi

Alexandros, un Montois de 62 ans, a failli mourir à la côte d'Opale: "Je voulais vivre mais je n'avais plus de force"

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?