La pneumonie, une maladie pas assez prise au sérieux: "On peut en décéder encore aujourd'hui en Belgique"

À travers le monde, cette maladie reste mortelle et pas assez prise au sérieux. Rien qu'en Belgique, chaque année la pneumonie tue 430 personnes. Seuls 12 % des adultes sont vaccinés. Mais saviez-vous seulement qu'il existe des vaccins contre la pneumonie ?

La pneumonie est une maladie aux conséquences parfois sous-estimées. Une étude récente montre que seuls 12% des adultes de plus de soixante-cinq ans sont vaccinés contre une de ses formes les plus courantes. Un chiffre insuffisant.

"On sait qu'au-delà de soixante-cinq ans les patients peuvent avoir contracté plusieurs maladies chroniques. Ils ont souvent un déficit immunitaire qui est associé, des déficiences alimentaires, des carences en vitamines. Ils peuvent donc développer une infection respiratoire beaucoup plus facilement et rapidement que quelqu'un qui est moins âgé", explique Antoine Bolly, pneumologue au CHU UCL Namur, site de sainte Elisabeth. 

En Belgique, cette infection respiratoire entraîne chaque année 5800 hospitalisations et 430 décès. Quinze jours de repos et la prise d'antibiotiques durant dix jours suffisent généralement pour s'en remettre. Mais dans certains cas les conséquences sont plus graves. "Cela entraîne de la toux, de la fièvre, de l'oppression respiratoire. Les patients peuvent parfois cacher un peu de sang. Il y a une forte altération d'état général. C'est une maladie qui n'est pas à négliger et on peut en décéder encore aujourd'hui, même en Belgique", met en garde Antoine Bolly.

Les plus jeunes sont également vulnérables. Dans le monde, la pneumonie tue un enfant de moins de cinq ans toutes les trente-neuf secondes. Or les vaccins contre le pneumocoque et la grippe peuvent s'avérer efficaces contre les formes les plus fréquentes de la maladie.

Christophe Clément et Alain Hougardy

A lire aussi

"Cuisinez vous-même": Pascale Naessens livre ses secrets pour une alimentation simple et saine Série de morts liées au vapotage aux USA: le coupable certainement découvert Un salarié belge sur cinq est en risque de burn-out: la première cause n'est pas la charge de travail… Expérience inédite d’un neurologue de l'Université de Liège au marathon de New York: "Ce serait un outil pour travailler l'effort mental" La France ne recommande plus la kiné respiratoire pour soigner les enfants: des médecins belges s'alignent sur cette décision

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?