Extinction Rebellion déclare Namur "en état d'urgence climatique et écologique"

(Belga) Une quarantaine d'activistes d'Exctinction Rebellion (XR) ont mené une action de contestation à l'entrée de l'hôtel de ville de Namur mardi soir, en prélude du conseil communal. Ils ont notamment hissé leurs drapeaux aux mâts officiels, pour déclarer la capitale wallonne "en état d'urgence climatique et écologique".

"Constatant l'absence de passage à l'acte de la Ville de Namur, nous avons décidé de prendre les devants et de déclarer symboliquement cet état d'urgence", ont indiqué les représentants de l'antenne namuroise de XR. Certains militants ont brandi des banderoles et panneaux. D'autres se sont assis à terre les bras dans le dos, comme s'ils étaient prisonniers de la politique actuelle. Une manière aussi d'évoquer "les arrestations massives ayant eu lieu à Bruxelles le 12 octobre dernier lors de l'action nationale de XR, durant laquelle la police est intervenue de manière musclée, voire violente". A l'entrée du conseil, chacun des élus s'est vu remettre une lettre. "Il est de notre responsabilité à tous de regarder la situation en face et de prendre les décisions qui s'imposent", peut-on y lire. "Pour XR Namur, ce sera la prise de risque qu'impose le passage à l'action à travers la désobéissance civile. (...) Nous sommes donc prêts à nous faire arrêter, parce que nous écoutons notre conscience et qu'il nous est impossible de rester chez nous, assis les bras croisés, alors que le monde est en train de basculer. Nous sommes la dernière génération à pouvoir agir et mettre en place des transformations rapides et sans précédent. Prenez votre responsabilité, agissez et déclarez l'urgence climatique et écologique, comme d'autres villes l'ont déjà fait." Extinction Rebellion est un mouvement né à Londres. Il se définit comme un collectif écologiste non-violent et revendique la désobéissance civile pour inciter les gouvernements à agir contre le changement climatique et ses conséquences. Début septembre, les activistes namurois avaient déjà été évacués du conseil communal, après avoir interrompu le débat relatif à la requalification du parc Léopold. Mi-octobre, ils ont également déversé plusieurs mètres cubes de copeaux de bois devant l'entrée de l'hôtel de ville. Une façon pour eux de symboliser le sort réservé aux arbres destinés à être abattus. (Belga)

Agence Belga

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?