Après l'immolation d'un étudiant en France, des jeunes manifestent en Belgique: "Beaucoup ont du mal à joindre les deux bouts"

Manifestation des étudiants pour dénoncer la précarisation des étudiants du supérieur. Tout compris, dans notre pays, une année d’étude coûte entre 8 000 et 12 000 euros. De plus en plus d’étudiants éprouvent des difficultés à assumer ces frais. En France aussi. La semaine passée, un étudiant désespéré s’est immolé par le feu.

"Je vais commettre l'irréparable": en s'immolant par le feu, Anas K. a voulu attirer l'attention sur sa précarité et celle d'autres étudiants, mais personne ne peut expliquer ce qui a déclenché le geste désespéré de ce militant passionné. "On savait que notre camarade était dans une grande précarité, qu'il n'était pas très bien, mais pas au point d'être capable de commettre cet acte", confie à l'AFP Louise Bihan, 21 ans, amie d'Anas et comme lui militante au syndicat Solidaires de l'université Lyon 2.

"Le jour des faits, on a eu l'information de son message Facebook mais on ne le trouvait pas. On n'arrivait pas à le contacter", raconte Louise. Dans son message, Anas explique que le triplement de sa 2e année de licence l'a plongé dans la précarité, puis égrène des revendications politiques. "Cette année, faisant une troisième L2, je n'avais pas de bourse mais même quand j'en avais, 450 euros par mois, est-ce suffisant pour vivre?", expliquait-il, accusant "Macron, Hollande, Sarkozy et l'UE de (l)'avoir tué, en créant des incertitudes sur l'avenir de tous-tes".

Brûlé à 90%, l'étudiant est soigné au service des grands brûlés de l'hôpital Édouard-Herriot de Lyon et ses jours sont toujours en danger. A la fin de son message, Anas a demandé à ses "camarades" de "continuer à lutter". Avant de conclure par ces mots: "Désolé pour l'épreuve que c'est".

Précarité en France, mais aussi en Belgique

En Belgique, des roses jaunes rendent hommage à cet étudiant français de 22 ans. Sur une pancarte à Bruxelles, nous pouvons lire: "La précarité tue". Des mots qui prennent un sens tout particulier.

Un étudiant explique: "Il y a ce fait divers tragique de cette personne qui s’est immolé par le feu. On pense que c’est un signal assez fort par rapport au fait que la précarité étudiante est un gros problème. Au-delà de ce cas particulier, il y a énormément d’étudiants qui souffrent tous les jours et qui ont beaucoup de mal à joindre les deux bouts."

Chez nous, en Belgique, un étudiant sur quatre doit travailler pour payer ses études. Kevin aussi a du mal à s’en sortir. Il est étudiant dans une Haute École à Liège, ou plutôt, il était… car il a dû tout abandonner faute de moyens. "Cette année, j’ai dû passer en promotion sociale, en cours du soir, pour pouvoir travailler la journée et gagner suffisamment d’argent pour payer mes études, payer mes maquettes, mes plans… financer mes études tout simplement."

Que les gouvernements bougent

Le nombre de demandes de bourses ne cesse d’augmenter. À trois jours de la journée internationale des étudiants, poussée par le mouvement des étudiants en France, la fédération des étudiants francophones a voulu faire une mobilisation générale, comme le détaille la présidente, Chems Mabrouk: "C’est quelque chose qui touche tous les étudiants à l’échelle européenne. Et il faut que les gouvernements prennent leurs responsabilités et permettent l’accessibilité à l’enseignement supérieur à tous et à toutes."

Une délégation de cinq étudiants a été reçue par la ministre de l’enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un échange de trente minutes jugé constructif, mais sans réel engagement.

Arnaud Gabriel, Gilles Gengler avec AFP

A lire aussi

Après l'immolation d'un étudiant en France, des jeunes manifestent en Belgique: "Beaucoup ont du mal à joindre les deux bouts" A Paris, une épicerie solidaire pour faire face à la précarité étudiante La FEF manifeste contre la précarité étudiante Des syndicats étudiants français demandent une "réévaluation urgente" des bourses

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?