Le joaillier TOUS, aux bijoux bien connus, soupçonné de mettre moins d'or dans ses produits que ce qu'il prétend

Le joaillier TOUS, aux bijoux bien connus, soupçonné de mettre moins d'or dans ses produits que ce qu'il prétend

Le joaillier espagnol TOUS est visé par une enquête de la justice espagnole qui le soupçonne de vendre des bijoux en or et en argent contenant moins de métal précieux qu'annoncé, a-t-on appris mardi auprès d'un haut tribunal à Madrid.

L'information judiciaire a été ouverte après le dépôt d'une plainte par une association de consommateurs qui affirme que "certains pendentifs et bijoux de TOUS ne sont pas composés entièrement d'argent ou d'or, comme indiqué par la publicité", a précisé une porte-parole de l'Audience nationale.

Le juge d'instruction a convoqué mercredi "le mandataire de TOUS et le représentant d'une entreprise" indépendante qui certifie la qualité des bijoux de l'entreprise, selon ce porte-parole. Le dossier a été confié à l'Audience nationale, chargée des affaires les plus importantes, parce qu'"il pourrait y avoir de nombreuses victimes dans toute l'Espagne", a-t-elle indiqué.

Un produit bien connu et mis en avant par une célèbre actrice

TOUS, qui compte 700 boutiques dans le monde, est connu en particulier pour ses pendentifs en or et argent en forme d'ourson. Ses produits ont notamment été promus par l'actrice américaine Gwyneth Paltrow.

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Selon l'association de consommateurs Consujoya, TOUS vendrait des pièces garanties en or pur qui seraient en fait garnies d'un autre métal, et pourrait être soupçonné d'escroquerie et de publicité mensongère. "Quand un consommateur se saisit d'un ours et paie plus de 400 euros, sait-il qu'il est surtout fait de matériel de remplissage et non d'or?", a interrogé Consujoya sur Facebook.

L'entreprise rejette les accusations

Le bijoutier centenaire, qui vend ses produits dans 53 pays d'Europe, d'Amérique latine, des Etats-Unis et d'Asie, a rejeté catégoriquement ces accusations, en faisant valoir dans un communiqué que ses produits étaient certifiés par des laboratoires extérieurs "conformément aux critères de qualité les plus élevés".

L'entreprise utilise la technique dite de "l'électroformage" qui lui permet d'élaborer des "pièces volumineuses et à la fois légères et sans soudures" et dans certains cas, "le bijou peut contenir des noyaux non métalliques qui aident à lui apporter de la stabilité", a-t-elle admis. Mais ces produits respectent la législation sur les métaux précieux et disposent toujours d'un certificat qui précise comment ils sont élaborés et garantit qu'ils contiennent de l'or ou de l'argent purs, ajoute la société.

A lire aussi

Vous avez été cambriolés en 2017 ou début 2018? Voici les photos de tous les objets et bijoux retrouvés Braquage nocturne dans un palace parisien: 350.000 euros de bijoux dérobés Des vêtements et des bijoux "d'exception" pour le Nouvel An? Leur location est tendance en 2019 Stéphane Bern: "Meghan a accepté les robes et les bijoux lors du mariage, mais pas la contrepartie" Il ne paie pas son loyer, menace son propriétaire de "le calibrer" et se rend chez lui avec une arme: le tribunal de Charleroi a tranché

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?