Haute couture: un Camerounais et un Indien intègrent le club élitiste parisien

Haute couture: un Camerounais et un Indien intègrent le club élitiste parisien
Haute couture: un Camerounais et un Indien intègrent le club élitiste parisien
Haute couture: un Camerounais et un Indien intègrent le club élitiste parisien
Haute couture: un Camerounais et un Indien intègrent le club élitiste parisien
Haute couture: un Camerounais et un Indien intègrent le club élitiste parisien
Haute couture: un Camerounais et un Indien intègrent le club élitiste parisien

Le Camerounais Imane Ayissi et l'Indien Rahul Mishra ont fait une percée historique jeudi dans le club élitiste de la haute couture, avec des collections sophistiquées basées sur des savoir-faire locaux, au dernier jour de la grand-messe parisienne.

Mixant des tissus, musiques et influences occidentaux et africains, le défilé d'Imane Ayissi, premier représentant d'Afrique sub-saharienne à avoir intégré le calendrier officiel de la haute couture, était applaudi par un public tout aussi mixte, avec au premier rang la directrice générale de l'Unesco Audrey Azoulay et l'actrice française Fanny Ardant.

"Pour moi c'est une fierté, une ouverture immense de pouvoir montrer les vrais tissus africains, le patrimoine africain", a déclaré à l'AFP en coulisse Imane Ayissi, 51 ans, ancien mannequin et danseur, qui refuse d'utiliser le wax.

Ce tissu inspiré du batik indonésien, industrialisé en Europe et adopté par l'Afrique, continent auquel il est largement associé, est tabou pour ce créateur qui le juge "colonial" et estime que l'Afrique à "mieux à montrer".

"De nos jours, dès qu'on parle de la mode africaine, c'est le wax qu'on met en avant, c'est dommage, cela tue le patrimoine africain", estime Imane Ayissi.

- Mixer noble et sauvage -

Le styliste a en revanche fait découvrir des savoir-faire africains peu connus tels des kente, tissages traditionnels de l’ethnie Akan, que l’on trouve au Ghana et en Côte d’Ivoire et portés à l’origine par la noblesse ou de l'obom, une peau végétale produite à partir d'écorces d'arbres.

Une autre technique chère au créateur consiste à "prendre des choses moins nobles et à les rendre nobles", comme transformer du raphia, une matière sauvage, en pièces couture.

Des ceintures et capes en raphia se portent sur avec des tenues de soir en soie, de longues robes sont ornées de fleurs découpées dans de l'obom.

"J’ai utilisé des tissus très nobles comme la soie, et européens. J’ai aussi essayé d’intégrer des tissus rustiques comme du coton brut, du raphia que l’on fait travailler au village", a-t-il souligné.

Les longues robes de soie noire et blanche se succèdent à des ensembles fuchsia-orange, rose-verts, jaune ou vert ou en couleurs de terre.

Le tout est porté avec des bottes ou escarpins dorés à talons aiguille dans cette collection baptisée "Akouma" ou "richesse".

- Artisanats ruraux -

Rahul Mishra, 40 ans, partisan de son côté d'une "slow fashion" éthique a estimé qu'il était "incroyable et surréaliste" d'être le premier Indien à intégrer la semaine de la haute couture.

Rahul Mishra avait rejoint la semaine du prêt-à-porter parisien après avoir remporté le Prix International Woolmark en 2014, la plus haute récompense qui a également lancé les carrière de grands noms comme Karl Lagerfeld et Yves Saint Laurent.

Il est apprécié pour la pureté de ses créations, souvent blanches subtilement brodées. La célèbre critique de Vogue Suzy Menkes l'a qualifié de "trésor national" indien.

Le créateur travaille avec des artisans locaux des régions rurales de l'Inde.

"Mon objectif est de créer des emplois qui aident les gens dans leurs propres villages, je leur apporte du travail plutôt que de les appeler à travailler pour moi", a-t-il déclaré. "Si les villages sont plus forts, on aura un pays plus fort, une nation plus forte et un monde plus fort", a-t-il ajouté.

Pour la haute couture, il a quelque peu relevé la palette de couleurs avec des robes qui évoquent la jungle et le monde sous-marin immaculé des Maldives, qu'il craint de perdre un jour.

Frappé par le fait d'avoir été obligé à garder sa fille de 4 ans à la maison pendant 20 jours à New Delhi en novembre à cause de la pollution, le styliste a imaginé "une planète vierge et sauvage, avec des écosystèmes conçus à partir de flore et faune brodées ".

"Je suis très sensible concernant ce sujet. Parfois, cela me fait pleurer. Tous nos enfants devraient grandir dans un monde meilleur", souligne-t-il.

Seulement un peu plus d'une dizaine des marques de luxe les plus prestigieuses du monde - dont Dior, Chanel et Givenchy - ont le droit d'appeler leurs vêtements haute couture. Ces vêtements doivent être faits à la main et correspondre à un grand nombre de critères de qualité.

AFP

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?