Restructuration chez GSK: "Ils proposaient aux gens de passer cadre mais il y a une facilité de licenciement derrière"

Le jour d'après chez GSK. Le géant pharmaceutique a annoncé hier la suppression de 935 dont près de 600 postes de cadres. Une procédure Renault a été lancée mais les employés semblent garder la tête froide pour l'instant. Au siège de Wavre, aucune action ni mouvement de grève.

Peu de travailleurs s'arrête au micro de nos journaliste ce matin. Pour certains, il faut rester pragmatique. "C'est tragique, ça se sent aussi émotionnellement dans l'équipe, confie un employé. Au final, c'est une restructuration donc c'est pour le bien de tout le monde". "Je pense que l'ambiance au niveau des cadres, c'est pas top. J'ai entendu ce matin qu'il risquait d'y avoir la grève demain mais voilà je n'en sais pas plus", lance prudemment une employée souhaitant rester anonyme.

Employé de la firme pharmaceutique depuis 26 ans, Frédéric a été promu cadre il y a 5 ans. Il craint aujourd'hui pour son avenir professionnel : "Nous sommes incrédules, anxieux, inquiets, vraiment en train de nous questionner sur notre avenir. Savoir qui est directement impactés ou pas. Nous avons reçu les chiffres de la direction par grands départements".

Des cadres plus nombreux que les ouvriers

Depuis quelques années, la pyramide des cadres s'est inversée par rapport aux ouvriers. Sur les 720 personnes menacées, ils sont en grande partie concernés. "On parle de 595 cadres sur environ 3.900 cadres donc on est quand même sur plus de 10 % au niveau du statut de cadre. Donc c'est quand même un impact considérable", déclare un délégué syndical.

Selon les syndicats, le statut d'employé a été upgradé volontairement par la direction. "Ils proposaient aux gens qui étaient compétents de passer cadres. Donc les gens le prenaient pour le statut. Mais derrière, il y a une facilité de licenciement qui est arrivée et aujourd'hui on y est. C'était notre crainte et on ne peut que le constater aujourd'hui". Les syndicats continuent de rencontrer les travailleurs. De nouvelles assemblées générales sont prévues demain et lundi.

Mathieu Langer et Pierre Morleghem

A lire aussi

Le géant GSK annonce un plan de transformation: jusqu'à 720 employés (surtout des cadres) menacés en Belgique Restructuration chez GSK: Elio Di Rupo explique comment le gouvernement wallon va essayer de réduire le nombre de licenciements Le gouvernement wallon va faire pression sur GSK: "On parle vraiment d'un dossier qui est essentiel" Pourquoi une entreprise en bénéfice comme GSK licencie-t-elle? "Les citoyens ne comprennent plus le système économique" Restructuration chez GSK: silence radio après la rencontre entre le gouvernement wallon et la direction Le PTB soulève la polémique: est-il vrai que GSK ne paie pas d'impôt? Les syndicats de GSK au gouvernement wallon : "Nous craignons que cela ne soit qu’une première vague de licenciements..." De quoi absorber le choc GSK? Le secteur biopharmaceutique pourrait engager quelque 2400 postes dans les trois ans

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?