Les syndicats de GSK au gouvernement wallon : "Nous craignons que cela ne soit qu’une première vague de licenciements..."

Après la direction de GSK (GlaxoSmithKline), c'est au tour des représentants du personnel de rencontrer plusieurs ministres du gouvernement wallon à Namur ce vendredi après-midi. Le géant pharmaceutique a annoncé un plan de transformation mercredi qui impactera "au maximum" 720 personnes chez GSK Vaccines Belgique, majoritairement des cadres, avait indiqué l'entreprise. Quelque 215 contrats temporaires ne seront vraisemblablement pas renouvelés.

Notre journaliste Michael Menten était dans le RTLinfo 13H à l’Elysette au cabinet du ministre-président wallon où les discussions débutaient cette après-midi. Il détaillait les protagonistes invités à participer à cette première rencontre pour envisager le futur des employés de GSK: "Du côté du gouvernement wallon, c’est la même équipe que celle qui a reçu la direction de GSK la veille - à savoir Elio Di Rupo, Willy Borsus, Christie Morreale, et Philippe Henri. De l’autre côté de la table, se trouvent des syndicats: trois responsables FGTB chimie et un responsable CSC. Ils représentent le personnel menacé."

"Le plan de restructuration reste beaucoup trop flou"

Quatre syndicats ont donc fait le déplacement pour le plus gros employeur de Wallonie. 9.000 personnes travaillent chez GSK en Belgique. Si ce nombre semble dérisoire, c'est à cause d'un conflit d'agenda. "La priorité est laissée aujourd’hui aux assemblées générales organisées au sein même de l’entreprise sur les différents sites", nous informe Michael Menten. Et de poursuivre: "Cette réunion à l’Elysette est un premier contact. Pour les syndicats, le plan de restructuration reste beaucoup trop flou. Ils rappellent que l’investissement de 500 millions d’euros évoqués par GSK sur le sol wallon n’est pour l’instant qu’une intention et qu’il n’y a aucune promesse à l’heure actuelle. La seule certitude du géant pharmaceutique aujourd’hui est la volonté de se séparer de plus de 700 personnes." 

Si que les cadres ne sont concernés par cette restructuration, Pascal StrubeFGTB Chimie évoque que l'ensemble du personnel est inquiet quant à son avenir: "C’est la carotte devant l’âne…Si le plan de transformation se passe bien, GSK pourrait injecter 500 millions d’euros. Quand on injecte 500 millions d'euros, c’est aussi pour mettre en place l’automatisation des lignes de production. Cela veut dire que nous craignons que cela ne soit qu’une première vague de licenciements…"

RTLinfo

A lire aussi

Le gouvernement wallon va faire pression sur GSK: "On parle vraiment d'un dossier qui est essentiel" Pourquoi une entreprise en bénéfice comme GSK licencie-t-elle? "Les citoyens ne comprennent plus le système économique" Restructuration chez GSK: "Ils proposaient aux gens de passer cadre mais il y a une facilité de licenciement derrière" Restructuration chez GSK: silence radio après la rencontre entre le gouvernement wallon et la direction Restructuration chez GSK: des assemblées de travailleurs se tiennent aujourd'hui avant un conseil d'entreprise lundi La Région wallonne veut 4000 Km de haies en plus: les demandes de subsides explosent De quoi absorber le choc GSK? Le secteur biopharmaceutique pourrait engager quelque 2400 postes dans les trois ans Une première action syndicale organisée à GSK depuis l'annonce de restructuration

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?