Cet ancien chirurgien, accusé de pédophilie, pourrait avoir décrit ses crimes dans des carnets intimes: va-t-il être jugé publiquement?

Cet ancien chirurgien, accusé de pédophilie, pourrait avoir décrit ses crimes dans des carnets intimes: va-t-il être jugé publiquement?

L'avocat du chirurgien poursuivi devant les assises dans le premier volet d'une affaire hors normes de viols et agressions pédophiles, a affirmé vendredi à l'AFP être "perplexe" sur la "sérénité des débats" si le procès dans un mois à Saintes (Charente-Maritime) devait être public.

"Cette publicité sans arrêt depuis 6 mois (...) d'un dossier qui doit être jugé dans un mois me rend un peu perplexe quant à la sérénité des débats dans le cas où ils seraient publics", a prévenu Thibaut Kurzawa, avocat de l'ancien chirurgien Joël Le Scouarnec, au moment où la question d'un huis-clos divise les parties civiles.

"Dans l'hypothèse où ces débats devaient être publics, on peut craindre des débordements", a estimé l'avocat en évoquant un contexte d'"acharnement public" et "le climat de haine" sur son client, objet d'une cascade de révélations sur son long parcours de pédophile, sur fond d'omerta.

Des sévices avérés ou de simples "fantasmes"

Incarcéré depuis 2017, l'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec, 69 ans, doit répondre du 13 au 17 mars devant les assises de Charente-Maritime à Saintes, de viols et/ou agressions sexuelles sur quatre jeunes victimes, mais le procès est susceptible de se tenir à huis-clos si les parties civiles, toutes mineures à l'époque des faits, le demandent.

Les faits, partiellement reconnus par le chirurgien, concernent sa voisine de Jonzac, deux nièces et une patiente, sur une période de 30 ans. Il nie les viols. Après la plainte pour viol de la jeune voisine, alors âgée de 6 ans, en avril 2017, les enquêteurs avaient découvert au domicile du chirurgien des carnets intimes dans lesquels il décrivait des agressions et avait consigné près de 200 noms d'enfants.

Sur la base de ces carnets, une procédure distincte des quatre premiers cas d'agressions a été ouverte en 2019 pour tenter de déterminer si ces écrits décrivent des sévices avérés, ou s'il s'agit de simples "fantasmes", comme le martèle l'avocat du chirurgien.

Les parents des victimes veulent des réponses

Les investigations ont depuis permis d'identifier 349 victimes potentielles du chirurgien durant près de 30 ans de carrière dans le centre et l'ouest de la France, indiquait fin décembre le parquet de Lorient, qui avait alors enregistré 197 plaintes, la plupart en Bretagne.

"Elle a ouvert la voie et libéré la parole. Une petite fille de six ans a fait tomber le plus gros pédophile de l'histoire", affirment les parents tout en déplorant un soutien psychologique tardif pour leur famille. Ils espèrent prochainement des "réponses", des proches du chirurgien mais aussi de l'ordre des Médecins qu'ils accusent d'avoir fermé les yeux sur les penchants pédophiles du Joël Le Scouarnec.

AFP

A lire aussi

Pédophilie: le "chirurgien de Jonzac" désormais suspecté d'avoir fait 250 victimes

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?