L'espoir d'un vaccin contre le coronavirus? La KU Leuven teste un prototype sur des souris

L'espoir d'un vaccin contre le coronavirus? La KU Leuven teste un prototype sur des souris

Plus d'infos sur CORONAVIRUS

Un laboratoire de l'hôpital de référence de la KULeuven a développé un prototype de vaccin contre le coronavirus. Ce vaccin a été injecté à des souris et les résultats sont attendus dans une dizaine de jours. Le virologiste louvaniste Johan Neyts se dit "raisonnablement optimiste" quant au résultat.

Les chercheurs ont assemblé le prototype en recourant à la technologie dite du "passe-partout", qui consiste à insérer un morceau de code génétique dans le vaccin mis au point il y a 80 ans contre la fièvre jaune, en fonction de la maladie à contrôler. Cette technique a déjà été utilisée pour développer un vaccin expérimental contre le virus Ebola. "Sur base des résultats des tests que nous avons déjà effectués en culture cellulaire, j'ai bon espoir concernant le résultat. Il reste cependant à voir si le système immunitaire des souris testées produira les anticorps nécessaires. Il nous faudra attendre une dizaine de jours pour le savoir", déclare Johan Neyts.

Dans quelques jours, les chercheurs commenceront également à tester les 18.500 substances des principes actifs des médicaments existants afin de déterminer s'il existe un inhibiteur du coronavirus. Provenant d'un laboratoire en Californie, ces substances seront acheminées vers Louvain grâce à l'aide financière de la Fondation Bill-et-Melinda Gates. Trois mille cinq cents autres substances de l'organisation louvaniste CD3 (Centre for Drugs Design and Discovery) seront également testées. Les résultats sont attendus environ deux semaines après la réception des substances.

Quelles sont les consignes à suivre si on présente des symptômes et qu'on revient d'une région avec des cas déjà recensés ?

Les consignes sont les mêmes pour tout le monde. Une personne qui présente de symptômes grippaux en général : apparition brutale de température (à partir de 38 ), signes respiratoires, dyspnée (difficulté respiratoire) etc. qui revient d’une région à risque (nord de l’Italie, pays asiatiques, le département de l’Oise en France…) dans laquelle elle a séjourné dans les 14 jours. Dans ce cas-là, il faut prendre des précautions particulières: il faut téléphoner au médecin généraliste, surtout ne pas se rendre aux urgences parce que là on va entrer en contact avec un tas d’autres personnes, si jamais on est porteur du virus on va le diffuser. Donc téléphoner au médecin, lui expliquer la situation et le médecin soit ira à domicile, soit fera venir le patient à un moment où il n’y a personne dans sa salle d’attente.

Quels sont les groupes à risque ?

Les groupes à risque sont les personnes âgées et les personnes fragilisées (maladies chroniques).

Où trouver des explications sur le coronavirus ?

Il y a deux sites internet:

www.sciensano.be
www.info-coronavirus.be
 

Un numéro vert est également activé: 0800 14 689

Agence Belga

A lire aussi

Entre coronavirus et krach pétrolier, lundi noir sur les marchés mondiaux Le constat alarmant d'un docteur italien sur l'épidémie de coronavirus dans son pays: "On doit choisir qui soigner, comme en situation de guerre" Coronavirus: "Nous devons nous préparer à une éventuelle prochaine phase, comme en Italie", annonce Maggie De Block Coronavirus: "La menace d'une pandémie est devenue très réelle", selon l'OMS Coronavirus: voici les effets du virus sur les achats des Belges Toute l'Italie mise en quarantaine à cause du coronavirus: le gouvernement appelle à "éviter les déplacements"

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?