Coronavirus - À Anvers, des gérants de bars à chichas contestent l'interdiction de fumer le narguilé

Coronavirus - À Anvers, des gérants de bars à chichas contestent l'interdiction de fumer le narguilé
Coronavirus - À Anvers, des gérants de bars à chichas contestent l'interdiction de fumer le narguilé
Coronavirus - À Anvers, des gérants de bars à chichas contestent l'interdiction de fumer le narguilé
Coronavirus - À Anvers, des gérants de bars à chichas contestent l'interdiction de fumer le narguilé
Coronavirus - À Anvers, des gérants de bars à chichas contestent l'interdiction de fumer le narguilé
Coronavirus - À Anvers, des gérants de bars à chichas contestent l'interdiction de fumer le narguilé

Plus d'infos sur CORONAVIRUS

(Belga) L'utilisation individuelle et collective des narguilés (pipes à eau) sera interdite dès samedi dans les lieux accessibles au public, notamment les bars à chichas, comme l'a décidé jeudi le Conseil national de sécurité. Une mesure qui a du mal à passer chez certains gérants de bars à chichas d'Anvers, province qui recense de nombreux nouveaux cas de contaminations ces derniers jours.

"Aucune personnalité politique n'est passée par ici et n'a constaté nos investissements pour que soient respectées les mesures sanitaires dues au coronavirus", souligne Dina El Founti, gérant du bar à chichas Monaco, dans le district anversois Sud. Selon lui, les tenanciers de ce type d'établissement ne savent que trop bien qu'ils doivent "veiller à ce que le virus ne se propage pas". "Nous étions même prêts à réduire les bulles à par exemple cinq clients", ajoute-t-il. Le gérant déplore d'en être réduit à servir du thé ou du café. "Nos clients ne viennent pas pour cela et il y a suffisamment de belles terrasses aux alentours. De plus, nous payons 1.500 euros par an pour notre permis d'exploitation de bar à chichas." Les gérants n'ont reçu aucune communication officielle sur la nouvelle mesure, pointent en outre Dina El Founti et Youssef Badaoui, qui tient l'établissement de narguilés Kasbar Royal. "Mais à la première infraction, nous devrons fermer." Les propriétaires demandent une consultation urgente sur la question. (Belga)

Agence Belga

A lire aussi

Mohammed, propriétaire d'un bar à chichas, est inquiet: "On n'aura même pas une aide ou une indemnisation"

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?