La peste porcine africaine, c’est fini en Belgique : reste à le faire reconnaitre par l’OMS

La peste porcine africaine, c’est fini en Belgique : reste à le faire reconnaitre par l’OMS

La Belgique a demandé mardi aux organisations internationales de récupérer son statut indemne de peste porcine africaine (PPA), signale L'Avenir mercredi. "Ce virus-là, on l'a vaincu...", titre le quotidien.

La Belgique, via l'Afsca, a formulé une demande à l'Organisation mondiale de la santé animale et un autre auprès de la Commission européenne. "Parvenir à introduire ces deux demandes de normalisation de la situation de notre pays à peine deux ans après l'apparition de la maladie pouvait paraître utopique au début de l'épidémie", se félicite le ministre fédéral de l'Agriculture, David Clarinval. Le ministre évoque même "un résultat inespéré" issu du travail mené en collaboration avec la Région wallonne et les nombreux experts dépêchés sur place.

La Belgique espère obtenir une réponse - favorable - dans le courant du mois de novembre. "La Belgique peut être fière, ce 27 octobre via l'Afsca, d'avoir introduit à l'Europe un dossier complet de demande de recouvrement", explique Marc Herman, patron du Département de l'étude du milieu naturel et agricole, "nous l'avons fait 7 mois et demi après la toute dernière découverte, en mars dernier, d'ossements de sanglier mort. La Tchéquie, qui a connu la PPA avant nous, avait introduit sa demande 11 mois après la dernière découverte".

Désormais, le secteur porcin belge, essentiellement développé en Flandre et essentiellement orienté vers l'export (85% de la production) va pouvoir envisager de les reprendre les exportations.

La ministre wallonne Céline Tellier, qui a la gestion de l'épidémie de PPA dans ses attributions, a toutefois demandé mardi soir aux chasseurs du sud de la province de Luxembourg, de ne pas relâcher leurs efforts: "La fin de la crise PPA est proche, mais à condition de poursuivre les efforts de chasse car nous sommes en convalescence dans la zone PPA". Les chasseurs ont un rôle crucial à jouer pour terminer le travail puisqu'il resterait environ 50 à 150 sangliers dans la zone infectée.

La destruction de sangliers menée conjointement par les chasseurs du sud de la province de Luxembourg et les agents du Département de la Nature et des Forêts, a permis, en deux ans, d'éliminer 3.455 sangliers lors de battues, 1.339 sangliers par du piégeage et 600 sangliers lors de tirs de nuit.

RTL INFO avec Belga

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?