Au bord des larmes, le ministre Frank Vandenbroucke décrit la situation dans les hôpitaux: "Ce que j'ai vu est très douloureux" (vidéo)

Plus d'infos sur CORONAVIRUS

Le nouveau ministre de la Santé s'exprime, au bord des larmes. "Ce que j'ai vu est très douloureux. Je trouve ça très choquant. Je crois que les gens qui travaillent ici font quelque chose d'invraisemblable", a-t-il soufflé lors d'une conférence de presse. 

Franck Vandenbroucke fait référence au personnel soignant du Mont Légia à Liège. Nous sommes allés à leur rencontre. Dans une salle inadaptée, nous découvrons 17 patients placés sous assistance respiratoire. Et depuis 6h du matin, personne ne mange ni s'arrête pour souffler. "On est complètement HS. On fait ça pour des gens qui nous sont inconnus parce que c'est le frère, la maman ou le papa de quelqu'un d'autre. Et nous, à côté de ça, on ne voit pas nos propres parents pour les protéger. Et des gens ne comprennent pas ça", nous confie Meghan Lejeune, infirmière aux soins intensifs Covid.

On manque de bras

Les infirmières passent de lit en lit, au rythme des alarmes, qu'elles entendent encore le soir en rentrant chez elles. "On va arriver à ne plus savoir soigner et sauver des gens parce qu'on manque de bras", confie Christine Schepers, Chef de salle des soins intensifs Covid. 

Actuellement, Liège est la région d'Europe la plus saturée en nombre de patients Covid. À un moment, on a cru un moment au manque de solidarité des hôpitaux flamands. Mais le problème viendrait du patient lui-même. En fin de guérison, on leur demande de libérer le lit et de terminer leur convalescence en Flandre. En moyenne, 60% d’entre eux refusent d’aller du coté néerlandophone. Hier, par exemple, aucun des 7 patients n’a accepté. 

Vers une révision du programme de disponibilité

"Les 7 familles ont refusé le transfert. Elles ont confiance en notre équipe et pour elles, il était hors de question de redécouvrir une nouvelle équipe qui pourrait avoir des difficultés à leur parler en français", nous explique le Dr Philippe Devos. "Les médecins parlent le français sans aucun doute. On va accompagner les gens", a rassuré le ministre de la Santé. 

Frank Vandenbroucke doit également revoir le programme de disponibilité des lits d’hôpitaux. Il n’est mis à jour que deux fois en 24h. C’est trop peu.

COVID 19 BELGIQUE: où en est l'épidémie ce mercredi 28 octobre ? 

Nouveau Comité de concertation vendredi: 3 scénarios sur la table dont le reconfinement total

Julien Modave et Pierre Morleghem

A lire aussi

Les soignants perdent des heures à trouver des places: le plan de répartition prévu est chaotique

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?