Avec le coronavirus, les étudiants adaptent leur blocus: "Reproduire la bibliothèque de façon virtuelle"

Plus d'infos sur CORONAVIRUS

Alors que certains préparent les fêtes de fin d'années, d'autres étudient. Le blocus est particulier cette année pour les jeunes. Il a fallu s'adapter dans les universités et les hautes écoles comme à Louvain-la-Neuve.

Dans un auditoire de l'UC Louvain, le silence est roi : un calme précieux pour les étudiants car en période de confinement l'agitation est parfois présente dans les maisons. "C'est les vacances donc il y a les parents, les petits frères, les petites sœurs donc c'est plus compliqué à la maison", explique une étudiante venue en auditoire pour être au calme. 

D'autres ont aussi envie de sortir, changer d'univers, briser une routine qu'ils supportent difficilement : "On est très seul depuis quelques semaines avec les cours en distanciel donc ça fait du bien de se retrouver dans un auditoire malgré le masque mal et les distances. On sait qu'on n'est pas tout seul", se console Pauline Jans, responsable du dispositif "supportkot".

Au total, 500 étudiants ont voulu profiter d'un blocus encadrés qui permettent d'aborder des méthodes de travail. Une minorité a lieu en présentiel, le reste se fait via un coaching virtuel. Plusieurs fois par jour, Maelle se réunit avec quatre de ses camarades par visioconférence notamment pour des séances d'études groupées silencieuses. "Le principe est de reproduire la bibliothèque de façon virtuelle donc d'être chacun chez soi en train de travailler, d'avoir aussi la pression sociale en se disant que les autres travaillent", explique-t-elle.

Des séances détente sont aussi proposées le soir sur les réseaux sociaux avec jeux, sport et moments de parole. Pour Maelle, il est important d'inclure aussi tout ce qui se passe à côté de l'étude : "C'est ce qui nous permet de tenir sur la longueur".

En juin dernier, les taux de réussite étaient supérieurs à ceux des autres années. Un effet plus étonnant de ces blocus en mode covid.

Julien Crete et Xavier Preyat

A lire aussi

Coronavirus en Belgique: 2 raisons qui expliquent la difficulté d'évaluer l'épidémie dans les universités Tester TOUS les Belges chaque semaine par groupes: l'idée de 3 universités pour éviter une 3ème vague Des étudiants s'inquiètent des examens organisés en présentiel: "On se retrouve à plus de 300 à l'intérieur" "J'ai besoin de tout": les étudiants toujours plus nombreux aux distributions alimentaires La lettre de toute une génération: Victoria, étudiante de 18 ans, partage sa souffrance d'un confinement qui n'en finit pas

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?