Tests rapides en pharmacie interdits: "On ne comprend pas ce revirement de situation"

Plus d'infos sur CORONAVIRUS

Le Parlement a décidé de préciser les règles du dépistage. Les tests ne peuvent être pratiqués que dans les centres officiels. Les autres sont désormais interdits. Pas question par exemple pour un pharmacien de dépister la maladie avec un test express. Un pharmacien de Gouy-Lez-Piéton pratiquait justement ces tests rapides. Il regrette cette décision.

Fin novembre, Laurent avait aménagé un mini centre de dépistage dans le garage de sa pharmacie. A l’aide d’une infirmière et d’un médecin, il effectuait les tests antigéniques donnant des résultats dans les dix minutes. Aujourd’hui, il doit cesser cette activité.

Une loi interdit désormais la réalisation de ces tests rapides en dehors des centres officiels. "Les sanctions sont énormes, explique Laurent. Cinq ans d’emprisonnement et 100.000 euros d’amende. Clairement, on n’a plus envie de continuer. C’est dommage parce qu’il y a vraiment une demande de la population. Il y a une incompréhension de la part de la population et des pharmaciens qui ne comprennent pas pourquoi du jour au lendemain il y a ce revirement de situation."

Les autorités veulent en fait mieux organiser et contrôler ces centres de dépistage installés dans des pharmacies. Les résultats des tests effectués chez Laurent n’entraient dans une aucune base de données officielle. Ils étaient simplement envoyés au médecin traitant du patient.

"Je pense que les autorités veulent vraiment avoir une vue d’ensemble et une traçabilité optimale sur l’ensemble du testing réalisé. Ça, je peux le comprendre parfaitement. C’est dommage parce que je suis certain que ça aurait pu être facilement applicable, et je suis certain que j’aurai pu très bien envoyé, moi, les résultats des tests dans des bases de données officielles."

Calmer les esprits

Pour Laurent, ces tests rapides permettent de casser les chaînes de transmission, mais surtout de rassurer des patients anxieux. "Beaucoup de personnes, et c’est une partie non-négligeable, ne sortent plus de chez elles. Elles sont complètement cloîtrées depuis le mois de mars et ça c’est quand même malheureux. Le fait d’avoir un test négatif, ça leur permettait de revivre, tout simplement."

Si pour l’instant ces tests antigéniques sont interdits, les autorités compétentes analysent tout de même la possibilité d’autoriser à nouveau les pharmaciens à les organiser, mais de manière plus contrôlée et cadrée.

Justine Roldan-Perez et Xavier Preyat

A lire aussi

Covid-19: avant les fêtes, le nombre de tests en forte hausse Coronavirus: un test rapide très utilisé aux Pays-Bas beaucoup moins fiable qu'annoncé Tests PCR, pagaille des prix et marché noir Coronavirus: un test Covid négatif désormais obligatoire pour rentrer aux Pays-Bas La moitié de l'Horeca bruxellois devrait tomber en faillite les 6 prochains mois: "Il faut imaginer l'angoisse des entrepreneurs" Que sait-on de la nouvelle souche qui se répand en Europe? Voici toutes les réponses à vos questions

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?