Coronavirus - BILAN MONDIAL: fermeture des écoles en Irlande, l'Angleterre vaccine en masse pour déconfiner

Coronavirus - BILAN MONDIAL: fermeture des écoles en Irlande, l'Angleterre vaccine en masse pour déconfiner

Plus d'infos sur CORONAVIRUS

La pandémie a fait plus de 1,869 million de morts depuis son apparition. Sur la semaine écoulée, six pays ont à eux seuls recensé plus de la moitié des morts dans le monde. Il s'agit des Etats-Unis, (19.149 morts, soit 2.736 par jour en moyenne), du Brésil (5.051 / 722), du Mexique (4.977 / 711), du Royaume-Uni (4.738 / 677) de l'Allemagne (4.540 / 649) ainsi que de la Russie (3.679 / 526), pays dont les chiffres sont en outre soumis à caution, le gouvernement russe ayant admis récemment un bilan bien supérieur à celui transmis quotidiennement.

EUROPE

Un deuxième vaccin, celui du laboratoire américain Moderna, a été autorisé mercredi par Bruxelles qui donne ainsi une impulsion aux campagnes de vaccination contre le Covid-19 dans l'UE, jugées trop lentes au moment où la pandémie connaît un nouvel essor, notamment en Angleterre à nouveau confinée.

Le nombre de morts recensés autour du globe semble avoir atteint un plateau -le plus haut depuis l'apparition du virus- depuis plus d'un mois et un nouveau triste record de décès (15.700) en 24 heures a été atteint, selon un comptage réalisé mercredi.

L'Angleterre est, elle, engagée dans un "sprint" pour "vacciner les personnes vulnérables plus rapidement que le virus ne peut les atteindre", a déclaré mercredi le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Plus de 1,3 million de personnes vulnérables et de soignants ont déjà été vaccinés au Royaume-Uni, et l'objectif ambitieux est d'immuniser tous les plus de 70 ans et soignants, soit près de 14 millions de personnes, d'ici à la mi-février.

Il s'agit de vacciner massivement pour pouvoir ensuite déconfiner progressivement l'Angleterre, qui est revenue mercredi à un long et dur troisième confinement. Le Royaume-Uni, un des pays d'Europe les plus endeuillés par l'épidémie, comptabilise désormais 77.346 décès dus au Covid-19, selon le ministère de la Santé.

Cette flambée des contaminations est attribuée à un variant plus contagieux du nouveau corononavirus, et laisse augurer pour les prochaines semaines de nombreuses admissions dans des hôpitaux déjà au bord de la rupture.

L'Ecosse est également totalement confinée depuis mardi, et l'Irlande du Nord et le Pays de Galles avaient déjà instauré juste après Noël leur troisième confinement.

L'Irlande durcit également mercredi son confinement réinstauré après Noël, à cause d'un "tsunami" de contaminations, selon son Premier ministre Micheal Martin, et ferme ses écoles jusqu'à la fin du mois.

Même situation inquiétante dans le sud de l'Europe, le Portugal enregistrant mercredi un nombre record de 10.000 nouvelles infections en 24 heures. Considéré comme cas contact, le président Marcelo Rebelo de Sousa a dû se placer en isolement à moins de trois semaines de l'élection présidentielle, pour laquelle il est donné largement favori.

ÉTATS-UNIS

L'épidémie s'aggrave également aux États-Unis, qui ont déploré mardi soir un nouveau record de décès sur 24 heures avec plus de 3.930 morts, selon les chiffres de l'université Johns Hopkins qui font référence, outre 250.000 nouvelles contaminations.

Au point d'en arriver à des rationnements d'oxygène et de lits dans les services d'urgence de Los Angeles, où les ambulanciers sont invités à ne plus transporter vers les hôpitaux certains patients en arrêt cardiaque aux chances de survie quasi nulles.

La flambée des infections a conduit d'autres pays à prolonger les restrictions, comme l'Allemagne et le Danemark qui va également fermer sa frontière aux résidents sud-africains en raison de la circulation dans ce pays d'une nouvelle variante du coronavirus.

ASIE

Un peu plus d'un an après la découverte des premiers cas dans la région chinoise de Wuhan, une mission de scientifiques choisis par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) doit se rendre en Chine pour tenter de remonter aux origines du virus. Pourtant en route, elle n'a pas encore obtenu les autorisations nécessaires de Pékin.

La Chine a indiqué mercredi que les négociations se poursuivaient avec l'OMS au sujet de "la date précise et les modalités de la visite du groupe d'experts", une question ultra-sensible pour le régime chinois, soucieux d'écarter toute responsabilité dans l'épidémie.

AFP

A lire aussi

La vaccin Moderna est approuvé: quelles différences avec celui de Pfizer/BioNTech? Coronavirus: fermé depuis 10 mois, Disneyland devient un "méga centre" de vaccination en Californie

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?