Véronique, coiffeuse à Rochefort, soutient les indépendants sur sa vitrine: "Nous voulons être fixés sur une date de réouverture"

Véronique, coiffeuse à Rochefort, soutient les indépendants sur sa vitrine: "Nous voulons être fixés sur une date de réouverture"

"Je vous partage une photo de ma nouvelle décoration de vitrine de mon salon de coiffure pour ce début d'année", nous a écrit Véronique, 48 ans, qui tient seule un "tout petit" salon de coiffure à Rochefort dans la province de Namur. "Si j'ai décidé d'apposer ces petites affiches, c'est en soutien à TOUS les secteurs obligés de fermer et de montrer mon mécontentement envers nos dirigeants car de nombreuses personnes comme moi aimeraient être fixées sur une date de réouverture", écrit cette mère de deux grands enfants qui se déclare, elle, "chanceuse" par rapport à beaucoup d'autres indépendants. Son foyer profite du salaire de son mari, elle n'a pas de crédit hypothécaire à rembourser et les primes reçues de la région Wallonne lui permettent de payer ses frais fixes. Dès lors, le manque à gagner n'est pas trop important, admet-elle.

Véronique a hâte de reprendre son activité, et pas seulement pour un motif financier. "Le contact avec ma clientèle me manque même plus que l'argent qui rentre en caisse", confie-t-elle. Plus que tout, c'est l'incertitude qui lui est pénible : "C'est difficile d'attendre sans savoir quand une reprise sera possible." Note positive dans cette période qui n'en finit pas: la naissance d'une passion. "Je me suis mise à la pâtisserie lors du 1er confinement, j'y ai pris goût et c'est même devenu une passion", dit Véronique.

salon-coiffure-rochefort-630px

Fabrice Cecchi

A lire aussi

Les politiques ont-ils accès aux coiffeurs? Vous êtes nombreux à nous poser la question, voici les réponses Déconfiner les coiffeurs, la nouvelle priorité du gouvernement fédéral: "Ce sera la première chose à faire" De plus en plus de Belges tentés de se couper/colorer les cheveux eux-mêmes: le conseil à suivre en attendant de retrouver son coiffeur Les coiffeurs et autres professions de contacts situés près de la frontière souffrent de la concurrence de leurs collègues français qui sont ouverts Sophie, indépendante complémentaire, n’a droit à aucune aide: "J'espère que les soldes vont bien donner" Une communauté homophobe semble se constituer sur TikTok: "Ils invitent des jeunes à proférer de la haine", s'inquiète Cathalina Denis Ducarme plaide pour une reprise des métiers de contact: "Je ne veux plus que les coiffeurs attendent"

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?