Christelle dort sur un lit de camp dans son café, elle proteste contre la fermeture du secteur: "Le gouvernement ne parle plus du tout de l'Horeca"

Plus d'infos sur CORONAVIRUS

Christelle Carion a installé un lit de camps et quelques couvertures dans la salle de son café, où elle servait habituellement ses clients depuis 12 ans. L'objectif est de protester contre la fermeture du secteur Horeca toujours sans date de réouverture. Elle entend exprimer son "ras-le-bol total""Le gouvernement ne parle plus du tout de l'Horeca. On a aucune perspective d'ouverture, on est dans le flou, estime-t-elle. Les ministres ont leur salaire, tout ce qu'il faut et nettement plus que nous. Ce n'est plus possible de vivre comme cela, financièrement n'en parlons pas, mais humainement ce n'est plus possible". Certains clients venaient une heure par jour pour se changer les idées, garder le contact social.

Les frais s'accumulent

En plus des factures qui s'accumulent, de nouveaux frais apparaissent. Avec l'arrêt total, le matériel se détériore. La machine à café ainsi que le chauffage sont tombés en panne. En plus de camper dans son établissement, Christelle appelle ses clients à venir devant le café tous les jours entre 17 heures et 18 heures 30 pour soutenir l'ensemble du secteur. Le monde de l’horeca souffre maintenant depuis 3 mois des fermetures imposées par le gouvernement en raison de la seconde vague de contaminations au coronavirus.

Justine Ponse

A lire aussi

Pétition lancée à Liège par des élèves de secondaire pour retourner à l'école: la décision des autorités est tombée "Nous sommes dehors à attendre dans le froid", Sandra déplore le manque d'organisation de la FGTB à Liège Vyle-et-Tharoul: il découvre un marcassin empalé à un arbre, une pratique explicable selon un chasseur Jalhay: la fête du chou aura bien lieu... avec "600 potées à emporter" Un couple de randonneurs bruxellois perdus dans les Fagnes secouru en pleine nuit par deux policiers Un bungalow prend feu à Ferrières: l'habitante est hors de danger Chaudfontaine: il jette un ordinateur sur un inspecteur de police durant son audition Avec la fermeture des restaurants, les coursiers sont toujours plus nombreux: "On n'avait pas le choix pour survivre" Coronavirus - Fin du moratoire sur les faillites: les secteurs fermés seront encore protégés, selon Clarinval Châtelet: pour ce cafetier, il n'y a plus d'autre choix que de "mourir ou rouvrir", et il le fait savoir sur sa vitrine

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?