Jay-Z fait du capital risque dans le cannabis au profit des minorités

Jay-Z fait du capital risque dans le cannabis au profit des minorités

Le rappeur et producteur américain Jay-Z a lancé un fonds d'investissement de 10 millions de dollars pour soutenir les petites entreprises du secteur du cannabis appartenant à des Afro-américains ou à des sociétés contrôlées par des minorités visibles.

Shawn "Jay-Z" Carter, qui veut devenir un leader de l'industrie légale du cannabis aux Etats-Unis, a pu rassembler cet instrument de capital risque après le rachat en décembre d'une plateforme de vente directe aux consommateurs en Californie, Caliva et d'un fabricant de cannabis, Left Coast.

"Avec un objectif initial de 10 millions de dollars de financements et une contribution annuelle d'au moins 2% du bénéfice net, nous nous concentrons sur la diversification du leadership commercial et la main-d'oeuvre", indique un communiqué de la société mère, The Parent Company (ex-Subversive Capital) dont Jay-Z est le "visionnaire en chef" (Chief Visionary Officer).

The Parent Company (TPCO), devenue une SPAC -- un véhicule destiné à lever des fonds en bourse -- est cotée depuis la semaine dernière sur une plateforme financière canadienne, le NEO Exchange. La chanteuse Rihanna fait partie également des investisseurs.

La société s'engage à investir chaque année 2% de son résultat dans ce nouveau "Fonds d'investissement pour l'équité sociale", créé par le rappeur.

La holding, basée à San José en Californie, revendique un chiffre d'affaires de 185 millions de dollars en 2020 pour un marché du cannabis évalué à 7,5 milliards de dollars pour la Californie, où la consommation de marijuana est autorisée pour un usage récréationnel comme dans une quinzaine d'autres Etats américains.

- Bientôt davantage que le marché du vin -

Pour l'ensemble du pays, où l'usage du cannabis reste illégal au niveau fédéral, le marché de la marijuana pourrait atteindre 75 milliards de dollars d'ici 2030, selon une étude de la banque Cowen à New York, dépassant celui du vin évalué à 68 milliards.

"Je voulais faire quelque chose de concret, apporter mon écot", indiquait Jay-Z au Wall Street Journal cette semaine, dénonçant les déséquilibres de l'industrie du cannabis alors que les Afro-américains sont plus souvent mis en prison pour des délits liés à la marijuana mais très peu représentés dans son commerce légalisé.

"C'est incroyable comment cela a pu arriver", a ajouté le rappeur. "Nous sommes ceux qui avons fait les frais de la guerre contre la drogue et tout à coup l'Amérique a fait volte-face pour créer un secteur qui vaut des milliards de dollars", a-t-il souligné.

Le musicien et homme d'affaires, marié à Beyoncé, dirigera le fonds au côté de son bras droit, Desiree Perez, la PDG de sa société de management Roc Nation.

Celle-ci, qui avait été condamnée il y a 25 ans pour possession de substance illicite, vient de faire l'objet d'un pardon du président Trump, dans le cadre de 73 grâces accordées par le président républicain avant son départ.

Selon une étude de 2017 des Instituts nationaux de la Santé, les Afro-américains sont incarcérés pour des délits liés aux drogues, à des taux cinq à sept fois supérieurs à ceux des personnes blanches.

Du côté de l'industrie du cannabis, dans le Massachussetts par exemple, où le commerce est légalisé depuis 2016, seulement 6% des personnes enregistrées pour vendre ou produire de la marijuana sont issues de la minorité afro-américaine, selon le Wall Street Journal.

AFP

A lire aussi

Jay-Z et le patron de Twitter s'associent: ils veulent faire du bitcoin la monnaie d'internet

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?