3% de la population belge a vécu dans la pauvreté durant l'adolescence

3% de la population belge a vécu dans la pauvreté durant l'adolescence

(Belga) Trois pour cent de la population belge, âgée entre 25 et 59 ans, a vécu pendant l'adolescence dans un ménage connaissant de graves difficultés financières, ressort-il mardi d'une enquête de l'office de statistique Statbel. Ce pourcentage s'élève à 9,1% dans la Région de Bruxelles-Capitale, 3,4% en Région wallonne et 1,2% en Région flamande.

"L'enquête a permis de mesurer l'influence de la privation lors de l'adolescence sur la situation financière d'un adulte", explique Wendy Schelfaut, porte-parole de Statbel. Manger de la viande ou son équivalent végétarien tous les jours à l'âge de 14 ans n'était ainsi pas financièrement réalisable pour 4,7% des participants. Par ailleurs, pour 24,1% d'entre eux, il n'était pas financièrement possible de partir en vacances durant une semaine à l'âge de 14 ans. En outre, 3,9 % des Belges n'avaient pas accès aux fournitures scolaires de base pour des raisons financières. C'est le cas de 8,4 % des Bruxellois, 4,5 % des Wallons et 2,5 % des Flamands. Il en résulte que parmi les personnes vivant dans un ménage en difficulté financière dès l'adolescence, 30,4% vivaient encore en 2019 sous le seuil de pauvreté. En comparaison, chez les personnes vivant dans un ménage financièrement sain, le taux de pauvreté descend à 7,7%. L'enquête se penche aussi sur l'influence du niveau d'éducation des parents en soulignant une tendance: plus le niveau d'éducation du père est élevé, plus le pourcentage de personnes ayant décroché un diplôme de l'enseignement supérieur est élevé. Ainsi, 31,2% des personnes dont le père avait un faible niveau d'éducation ont obtenu un diplôme de l'enseignement supérieur contre 56,8% pour celles dont le père avait un niveau d'éducation moyen et 79,4% pour celles dont le père disposait d'un niveau d'éducation élevé. Cette tendance se confirme si l'on se penche sur l'influence du niveau d'éducation de la mère: 81% des Belges dont la mère est très instruite ont eux-mêmes bénéficié d'un niveau d'éducation élevé. Les résultats de l'étude EU-SLIC menée par l'office belge de statistique sont issus d'une série d'interrogatoires menés avec des personnes âgées entre 25 et 59 ans à propos de leurs conditions de vie lorsqu'elles avaient environ 14 ans. (Belga)

Agence Belga

A lire aussi

Pas d'examens dans les écoles du réseau officiel: c'est bon ou mauvais pour les élèves?

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?