Les habitants sinistrés font face aux pilleurs: "Ils cherchent des métaux, des bijoux, tout ce qui peut faire un peu d'argent" (vidéo)

Beaucoup de sinistrés redoutent les pillages. Plusieurs bâtiments abandonnés ont déjà été "visités" par des voleurs. Les autorités communales prennent donc des mesures pour éviter ça. C'est le cas notamment à Esneux, où la bourgmestre avait carrément lancé un appel à l'armée. Finalement, des renforts de la police fédérale seront déployés sur place.

A Esneux, Marianne n’est pas étonnée d'apprendre qu'il y a des pilleurs dans les zones sinistrées. Selon elle, il y a des rôdeurs pendant la nuit. "Oui, il y a des requins et des rats un peu partout pendant la nuit, affirme-t-elle. Ils veulent retrouver des métaux, des bijoux, tout ce qui peut faire un peu d'argent".

Certains sont des ferrailleurs, avec des plaques roumaines ou bulgares. Marc les a vus en pleine journée. "Ils ont ramassé la machine à lessiver, le séchoir, les deux congélateurs et quand je cherchais l'appareil à raclette pour en prendre une photo, il n'était déjà plus là", relate cet habitant sinistré.

Mais pas de quoi empêcher cet habitant de dormir. "On ne peut rien faire, déplore-t-il. Ou demander à l'armée qui passe toutes les 5 minutes? Non hein".Pourtant, la bourgmestre d’Esneux a lancé un appel en ce sens auprès de l'armée. Et le gouverneur de la province de Liège, l'a entendu. "Ce n'est pas l'armée qui viendra, mais la police fédérale, explique Laura Iker, bourgmestre d’Esneux (MR). L'essentiel pour la commune est qu'il y ait une surveillance effective qui se passe dès aujourd'hui".

Pour certains, les pilleurs sont le cadet de leurs soucis. "Au rez-de-chaussée, il n'y a plus rien à voler et à l'étage, à part des chambres à coucher, il ne reste rien", dit Pascale. "On a pris tous nos objets de valeur avec nous", assure pour sa part Chloé, sa fille. "A mon avis, c'est plutôt un tri sélectif qui se fait. Ces gens viennent trier et retirent tout ce qui est métaux et fer", estime encore Philippe.

D’autres font des rondes la nuit pour surveiller les maisons encore habitées. "On doit se protéger un peu la nuit, dit Guy. Mais comme tous les rez-de-chaussée sont vides, on n'a qu'à protéger nos escaliers".

Pour les habitants, la priorité est que les encombrants soient dégagés au plus vite. Voilà qui devrait dissuader les rôdeurs malintentionnés.

Hannan Harouch, Cédric Van Oost et Pierre Morleghem

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?