Feu vert pour une 3e dose de vaccin contre le Covid-19 pour les personnes immunodéprimées

La conférence interministérielle Santé vient de s'achever. Les ministres de la Santé ont conclu qu'une 3e dose de vaccin contre le Covid-19 sera donnée aux personnes immunodéprimées, autrement dit aux personnes qui possèdent un système immunitaire affaibli. Selon le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, cela concerne de 300 à 400.000 personnes.

Les personnes immunodéprimées seront invitées à se rendre dans un centre de vaccination ces prochains mois afin d'y recevoir une troisième injection. Cette invitation se fera automatiquement sur base des données médicales. Les personnes concernées sont des celles qui sont sous dialyse, séropositives, qui ont certains types de cancer ou prennent des médicaments qui diminuent leur immunité. 

La 3e dose sera donnée dans des centres de vaccination. Dans certains cas, l'injection pourra également être faite lors de rendez-vous à l'hôpital. Ce dispositif reste à mettre en place.

La décision a été prise lors de la Conférence interministérielle (CIM) Santé publique. Elle suit la recommandation d'un rapport du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) et de la task-force vaccination publié mardi. Selon le rapport, une troisième dose est utile pour certaines catégories de personnes, comme celles souffrant de troubles de l'immunité innés, les patients en dialyse rénale chronique, certains patients VIH positifs, les patients ayant subi une transplantation ou encore ceux souffrant de maladies inflammatoires traitées par des immunosuppresseurs. Pour les personnes âgées, il n'y a pas encore de résultats d'études publiés sur l'administration du troisième dose, constate le rapport.

La task-force vaccination conseille dès lors d'attendre les analyses prévues dans les prochaines semaines sur les infections dites de percée (qui touchent des personnes entièrement vaccinées) et les résultats d'études cliniques sur l'administration d'une troisième dose. 

Une extension par étape à d'autres groupes à risque est possible aux yeux de la task-force mais seulement sur la base de recherches nationales et internationales solides et de preuves scientifiques. La task-force rappelle enfin l'importance de mesures "non-pharmacologiques" comme la ventilation, la distance physique et le port du masque buccal mais aussi l'importance de la vaccination de base des Belges de plus de 12 ans.

L'Allemagne, Israël et les Etats-Unis, notamment, ont déjà donné leur feu vert à une troisième dose, pour certaines catégories de personnes, des vaccins Pfizer ou Moderna. 

Ce mercredi dans le RTL INFO 19h, le docteur Alain Le Moine, chef du service de Néphrologie à l'hôpital Erasme qui s'occupe de patients vulnérables qui ont subi une transplantation de reins ou sont sous dialyse, a défendu cette 3ème dose: "Il a été démontré dans d'autres pays, dans des études scientifiques de haut niveau qu'une 3ème dose chez des patients transplantés ou dialysés peut apporter une protection anticorps supplémentaire. Pour ces patients vulnérables, il est indispensable de leur procurer cet avantage", a-t-il dit. Il a également déclaré qu'en France si les patients immunodéprimés ne réagissent pas au vaccin et ne produisent pas d'anticorps, alors ils reçoivent alors un traitement par anticorps monoclonaux.

RTL INFO

A lire aussi

Des médecins conseillent d'éviter le sport intensif après la vaccination contre le Covid-19

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?