Des dizaines d'ados participent à un stage de l'armée à Spa: "On n'est pas là pour faire un défilé de mode"

Des dizaines d'adolescents ont pu goûter à la vie des militaires. Ils ont en effet participé à un stage d'infanterie à Spa. RTL INFO a suivi leurs entraînements.

Ils ont entre 16 et 19 ans. Pour ces jeunes, intégrer un bataillon, c'est bien plus qu'une passion. "C'est pour savoir si je vais vraiment bien apprécier ou pas. Cela va déterminer mon futur", "si ça me plait, ça peut devenir une idée", "aussi pour avoir une expérience sportive avant tout", nous ont confié trois jeunes.

Durant cinq jours, ils vivent au rythme militaire avec ordre et discipline, pour le plus grand plaisir de parents nostalgiques. "C'est bien dommage que le service militaire pour les jeunes ne soit plus d'actualité", explique un papa.

"Pas là pour faire un défilé de mode"

Première étape : le choix de l'uniforme. D'emblée, le ton est donné. "On n'est pas là pour faire un défilé de mode, déclare un militaire. Si c'est un peu large, un peu grand, tant pis." Les 35 stagiaires sont équipés car ils devront se dépenser. Au programme : test sportif, lecture de carte, bivouac et camouflage. Mais avant, place à la base, la formation d'un peloton.

Au cœur de la caserne, les premiers tests sportifs donnent la tendance. L'exigence militaire passe aussi par une bonne condition physique. "Ils vont faire un petit bivouac, un petit peu de survie, piste d'obstacles. Ils vont approcher les moyens de vision nocturnes... parce qu'à un moment donné, il faut bien nous remplacer", sourit Michael Dupret sergent au bataillon 12ème ligne prince Léopold, responsable du stage.

Les jours se suivent et les surprises s'enchaînent. Pas de smartphone, mais de petits plaisirs dans les gamelles, comme du "granola au chocolat" se réjouit un stagiaire. Une joie de courte durée car arrivent les longues randonnées aux nuits trop courtes sous la pluie et dans le froid. Le seul réconfort, c'est un feu de bois, au milieu de nulle part. "C'est une chose à laquelle je n'étais vraiment pas prêt, déclare Lucas, stagiaire au bataillon 12ème ligne prince Léopold. Passer deux heures seulement à dormir sur une nuit, ce n'est pas facile."

"On tournait une demi-heure et on allait réveiller l'autre, ajoute Lucie, également stagiaire. Du coup, on ne dort pas beaucoup. Je pense qu'une fois qu'on aura l'habitude, ça ira mais nous, on n'est pas habitués à ça."

10.000 militaires engagés d'ici 5 ans

Lors du dernier jour du stage, ils font une ultime initiation à la piste d'obstacles. Le rythme s'est accéléré. L'entraide et la cohésion de groupe ont fait le reste. "C'était très amusant et je ne regrette pas du tout d'avoir fait ce stage", s'exclame Nora.

Certains en sont convaincus, ils comptent bien tracer leur avenir à l'armée. "C'est ma priorité et je ferai de mon mieux pour y rentrer", confie Ivana. Lucie ajoute: "On est en groupe, on n'est pas tous seuls. Ce n'est pas un métier où tu vas rester assis derrière ton bureau à ne rien faire. On va rester en mouvement."

La relève est assurée et le défi est de taille pour compenser les détails à la retraite. D'ici 5 ans, La Défense compte engager 10.000 militaires.

Mathieu Langer, Fanny Dehaye et David Muller

A lire aussi

Le roi Philippe et le prince Gabriel à bord du nouvel avion de l'armée: des parachutistes sautent sous leurs yeux (photos et vidéo) À Limbourg, l'armée se retrousse les manches et vient en aide aux citoyens sinistrés: "Les gens sont contents de nous voir" La qualité de l'eau perturbée à Blegny: voici les quartiers concernés et les précautions à prendre Le PTB est accusé de profiter de la détresse des sinistrés de Verviers pour faire de la propagande: "C'est un abandon dans les quartiers"

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?