Prêts sans intérêt de 2.500€ pour les victimes des inondations: Patrick attend toujours à Hotton

Prêts sans intérêt de 2.500€ pour les victimes des inondations: Patrick attend toujours à Hotton

Après les inondations de la mi-juillet, la Région wallonne a mis toute une série de mesures en place pour venir en aide aux personnes sinistrées. Parmi celles-ci, le prêt sans intérêt à 2.500 euros par foyer dont chaque commune sinistrée est responsable. A Hotton, les choses semblent traîner un peu. Les autorités locales ont seulement "embrayé" ce jeudi 9 septembre, soit presqu’un mois après le lancement de cette mesure.

Patrick vit à Hotton, en province de Luxembourg. Lors des inondations de la mi-juillet, plus d’1,70 mètres d’eau est monté dans le camping où il vit. "On a eu environ 80 ou 90 cm d’eau dans nos caravanes, dit-il, on a pu sauver un peu d’affaires, mais voilà…"

Cet habitant a récemment poussé notre bouton orange Alertez-nous parce qu’il n’a toujours pas pu bénéficier du prêt sans intérêt à 2.500 euros de la Région wallonne. Cette mesure lancée voilà un mois a pour objectif de venir en aide rapidement aux citoyens sinistrés : "Destinés à prendre en charge les besoins de première nécessité, ces prêts doivent permettre d'anticiper les interventions des compagnies d'assurance et du Fonds des calamités."

Le principe est le suivant: le Centre régional d'Aide aux Communes (CRAC) accorde des prêts sans intérêts aux communes sinistrées afin qu'elles puissent elles-mêmes accorder des prêts aux foyers victimes des inondations.

Quand on va à la commune pour demander pour le prêt sans intérêt, on nous le refuse en disant que ce n’est pas à l’ordre du jour 

Les habitants doivent donc directement s’adresser à leur administration communale afin de bénéficier de ce prêt qui est à rembourser dans un délai de deux ans maximum.

Mais à Hotton, les choses traînent. "Nous sommes plusieurs campeurs sinistrés par les inondations. Quand on va à la commune pour demander pour le prêt sans intérêt, on nous le refuse en disant que ce n’est pas à l’ordre du jour", déplore Patrick.

Cet habitant ne comprend pas pourquoi les choses prennent autant de temps à se mettre sur les rails. "C’était censé être un prêt en urgence, on est près d’un mois après alors que je sais que dans d’autres communes, le problème a été résolu depuis longtemps. La commune n’aide pas du tout, on a dû tirer notre plan et on continue de tirer notre plan. Si on habite dans un camping, c’est qu’on n’est pas millionnaire. Je ne vous aurais pas contactés sinon…", poursuit-il.

Mais à Hotton, le bourgmestre nous confirme qu’ils viennent seulement d’embrayer. Pourquoi avoir attendu si longtemps ? "Les conditions émises par la Région wallonne et le CRAC n’étaient pas claires. On s’est renseigné et maintenant, on a décidé d’embrayer", a indiqué Jacques Chaplier, le maïeur.

Des conditions d’octroi

Plusieurs conditions doivent cependant être remplies afin de bénéficier de ce prêt sans intérêt, prévient toutefois le bourgmestre d’Hotton. Il est notamment impératif d’avoir fait une déclaration de sinistre auprès du Fonds des Calamités et/ou auprès des compagnies d’assurance. Et "si les personnes reçoivent une aide du Fonds des calamités, elles doivent rembourser avant le délai de deux ans."

Les habitants des 202 communes déclarées sinistrées suite aux dégâts causés par les inondations des 13, 14, 15 et 16 juillet 2021 sont concernés.

De son côté, Patrick affirme qu’il compte à nouveau faire les démarches pour obtenir ce prêt. En attendant, il vit toujours au même endroit, dans sa caravane à Hotton, "mais dans des conditions pas possibles."

Elisa Gabriel

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?