Pandora papers: des héritiers de la famille Solvay ont dissimulé leurs actions dans des sociétés offshore

Pandora papers: des héritiers de la famille Solvay ont dissimulé leurs actions dans des sociétés offshore

Des membres de la famille Solvay ont constitué une toile de sociétés offshore, faisant  en sorte que cela n'apparaisse jamais dans les registres de l'entreprise, rapportent mardi Le Soir, De Tijd et Knack dans le cadre de l'enquête internationale journalistique sur les paradis fiscaux baptisée Pandora Papers.

Regroupés au sein de la société Solvac, près de 2.300 personnes apparentées aux fondateurs historiques du géant de la chimie belge Solvay détiennent aujourd'hui encore des actions de la société dont la valeur dépasse les 2,5 milliards. A la tête de Solvac, c'est Bernard de Laguiche, arrière-arrière-petit-fils d'Alfred Solvay, qui définit la ligne de conduite des actionnaires familiaux.  Accompagné par plusieurs membres de sa famille (sa mère, ses soeurs, ses enfants, son oncle et plusieurs cousins/cousines), il s'est constitué un labyrinthe de sociétés offshore aux quatre coins du monde : Liechtenstein, Panama, îles Vierges, Singapour, Nouvelle-Zélande. Ces structures exotiques détenaient plusieurs centaines de milliers d'actions de la multinationale belge, valorisées à plusieurs dizaines de millions d'euros. Pour que l'existence de ses entités reste secrète, ils ont systématiquement donné procuration à Charles-Louis de Laguiche, membre éloigné de la famille qui travaillait dans une banque suisse, pour qu'il représente les offshores aux assemblées générales. Dans le registre des présences, c'est donc le nom de Charles-Louis qui apparaît. Et pas celui d'une mystérieuse fondation exotique. Contacté par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), qui a mené l'enquête Pandora Papers, Bernard de Laguiche assure qu'il n'a pas créé ces sociétés "à des fins fiscales". "J'ai toujours géré mes actifs familiaux de bonne foi et j'ai rempli toutes les obligations de déclaration envers les autorités fiscales et les régulateurs du marché".

Agence Belga

A lire aussi

Pandora papers: "La fraude et l'évasion fiscale, ce n'est pas du tout la même chose", assure Georges-Louis Bouchez Vers 50% de femmes dans la direction de Solvay en 2030: pourquoi ce n'est pas du social washing

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?