Le coronavirus a freiné la consommation des soins de santé, confirme une enquête

Le coronavirus a freiné la consommation des soins de santé, confirme une enquête
Le coronavirus a freiné la consommation des soins de santé, confirme une enquête
Le coronavirus a freiné la consommation des soins de santé, confirme une enquête

(Belga) En 2020, année marquée par la crise du coronavirus, 7,5% des Belges n'ont pas fait appel à un professionnel de la santé, ressort-il jeudi d'une enquête menée auprès de 6.500 affiliés des Mutualités Libres. Deux affiliés sur cinq ont par exemple indiqué avoir reporté des soins en 2020 en raison du Covid-19.

Les soins dentaires ont été particulièrement boudés par les Belges, un quart des personnes interrogées ayant déclaré que ces types de soins avaient été reportés. Une personne sur six a par ailleurs déclaré avoir postposé un contrôle chez un généraliste ou un spécialiste en raison de la pandémie. L'échantillon des Mutualités Libres était composé pour moitié de personnes ayant fait appel à des prestataires de soins en 2020 (utilisateurs) et pour moitié de personnes n'ayant pas eu de soins de santé remboursés en 2020 (non-utilisateurs). L'enquête montre qu'une proportion importante des non-utilisateurs de soins de santé refuse de se faire aider: ceux-ci ne consulteraient pas un professionnel de santé même s'ils avaient un problème. "Ainsi, 10% d'entre eux ont indiqué qu'ils n'iraient pas chez le dentiste ou le gynécologue en cas de problème, mais c'est aussi le cas pour le médecin généraliste (8%), le médecin spécialiste (12,3%) ou le kinésithérapeute (26%)", détaillent les Mutualités Libres dans un communiqué. "La moitié des non-utilisateurs de soins, mais aussi quatre utilisateurs de soins sur 10 ne consulteraient pas de psychologue ou de psychiatre, même en cas de problèmes", révèle encore l'étude. Les Mutualités Libres ont établi un profil des non-utilisateurs de soins de santé. Il s'agit le plus souvent d'hommes isolés vivant sans conjoint et/ou enfant, qui se considèrent en excellente santé et ne prennent pas le temps de prendre rendez-vous avec un prestataire de soins ou de faire des examens. Ils se montrent par ailleurs plus anxieux lors d'examens médicaux. L'étude met par ailleurs en avant plusieurs barrières à l'utilisation des soins de santé. Ainsi, une personne sur cinq a déjà reporté des soins ou des consultations en raison d'aspects financiers, tandis qu'un répondant sur huit éprouve des difficultés à comprendre les explications d'un prestataire de soins. Plus de 30% des Belges ont par ailleurs du mal à trouver des informations sur les soins de santé et environ la moitié est confrontée à de longues listes d'attente. Face à cela, les Mutualités Libres, dont Partenamut et de Freie Krankenkasse, affirment redoubler d'efforts pour sensibiliser sur l'importance de la prévention et sur les moyens à disposition pour se maintenir en bonne santé, par le biais notamment de campagnes spécifiques. (Belga)

Agence Belga

A lire aussi

"La Reine doit arrêter l'alcool", selon ses docteurs Coronavirus en Belgique: "Préparez-vous à affronter la quatrième vague", avertit Frank Vandenbroucke

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?