Trafic de rendez-vous pour les contrôles techniques: "On a dû passer par les réseaux sociaux et payer 50€"

Trafic de rendez-vous pour les contrôles techniques: "On a dû passer par les réseaux sociaux et payer 50€"

Il faut parfois s'armer de patience pour obtenir un rendez-vous au contrôle technique. Et certains ont profité de ces délais importants pour développer des "arnaques". Après avoir pris plusieurs rendez-vous en ligne, ils n'hésitent pas à les revendre sur les réseaux sociaux. Amélie, membre d'une entreprise de dépannage à Charleroi, nous a alertés sur cette pratique via le bouton orange Alertez-nous.

Amélie travaille pour une entreprise de dépannage à Charleroi. Via le bouton orange Alertez-nous, elle dénonce des délais d’attente trop importants au centre de contrôle technique: "Il faut trois à quatre semaines avant d’avoir un rendez-vous, ce n’est pas normal’’. Et selon elle, la raison de ces délais est très surprenante. "Des gens prennent beaucoup de rendez-vous à la fois avant de les revendre sur internet", affirme-t-elle.

50€ pour un rendez-vous 

Amélie a pris conscience de ce problème lorsqu’elle a dû faire passer en urgence un véhicule au contrôle technique pour l’entreprise où elle travaille. Elle s’est rendue sur le site d’AIBV (un des organismes agréés pour l'exécution du contrôle technique automobile) où elle prend habituellement les rendez-vous. Mais cette fois-ci, impossible de trouver une place. "Pour avoir un rendez-vous on a dû passer par les réseaux sociaux et payer 50€’’. Une pratique qu’elle estime contestable car la prise de rendez-vous est normalement gratuite.

L’AIBV est conscient de l’existence de cette fraude qui durerait depuis novembre dernier. Selon Laurent Delvaux, directeur technique de la société, des mesures ont déjà été prises: "Nous avons pris des mesures organisationnelles. Nous avons modifié la prise de rendez-vous et supprimé la possibilité de modifier la plaque du véhicule contrôlé à la dernière minute’", nous explique-t-il. Avant d'ajouter: "D’un point de vue juridique, nous réfléchissons à des moyens pour donner suite aux plaintes que nous avons reçues. Cependant, nous avons très peu de témoignages et les personnes qui nous contactent n’osent pas nous dire à qui elles ont acheté ces rendez-vous".

Un personnel réduit à cause des contamination Covid

Malgré ces nouvelles précautions, Amélie peine toujours à obtenir un rendez-vous. Pourquoi? Difficile de l’expliquer. "Nous avons désormais un créneau de moins de 10 jours pour la prise de rendez-vous’’, nous assure Laurent Delvaux. Il admet cependant que l’équipe tourne en personnel réduit à cause du nombre de contaminations au Covid mais que tout devrait fonctionner normalement dès le 10 janvier prochain.

Qui sont ces revendeurs ?

Selon Filip Rylant, porte-parole de la fédération du secteur automobile Traxio, il est impossible que ces personnes soient des professionnels. "Un professionnel peut réserver un slot pour ne pas devoir attendre trop longtemps mais il ne peut pas le revendre sinon il y a des pénalités", assure-t-il. Il avance également une autre explication pour les délais d’attente. "Il y a un temps d’attente plus long depuis le confinement. Les centres ont été fermés et ils doivent récupérer leur retard. De plus, il y a beaucoup de ventes de voitures d’occasion qui doivent obligatoirement passer au contrôle technique. Les centres ont du mal à suivre’’.

Emmeline De Witte (stagiaire)

A lire aussi

Le repas de Noël de Patrick vire au "cauchemar": toute sa famille est contaminée malgré un CST obligatoire Mauvaise surprise pour David: il découvre à son arrivée en Suède qu'il doit présenter un test PCR négatif A 62 ans, Anne "souffre de collagénose" et pense qu'elle ne peut pas recevoir le vaccin anti-covid: "J'ai trop d'immunité" Infirmier et aide-soignant, Guillaume demande plus de considération: "9 euros brut pour la toilette d'une personne, sérieusement ?" Elodie doit se débarrasser de la caravane familiale du camping Val de Poix, racheté par une entreprise flamande: "Ça a été un choc!" 3.000 euros se sont envolés du compte en banque de Vinciane: "On nous accuse de négligence alors que nous n'avons rien fait !", estime-t-elle Patrick, 56 ans, a besoin d'un médicament contre la douleur "quatre fois par jour": il est actuellement en pénurie... Des tatoueurs ne disposent pas d'encre conforme à la nouvelle réglementation européenne: "Comment on fait pour bosser?" Karim refuse un logement social "trop petit" à Bruxelles et est radié du système: "Ça fait douze ans que j’attends"

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?