Christophe et Sonia accueillent une famille ukrainienne depuis 3 mois: ils dévoilent comment se passe le quotidien

Plus d'infos sur Guerre en Ukraine

Nous avons rencontré un couple bruxellois qui accueille une famille d'Ukrainiens depuis trois mois. L'ambiance est bonne, mais la vie et le quotidien sont différents. Pour soutenir les Bruxellois dans leur démarche solidaire, les autorites de la région ont organisé un atelier de soutien psychologique ce samedi. Plusieurs ressources, dont un numéro d'écoute, sont à disposition.

Depuis trois mois, Christophe et Sonia accueillent chez eux Ania, Serguei et leurs trois enfants originaires de Soumy en Ukraine.

Communiquer est très important pour apprendre à vivre ensemble, même si ce n’est pas toujours facile. "La barrière de la langue, Google traduction… ce n'est pas toujours évident parce que ce n'est pas très fin comme traduction. Donc il faut faire attention à ce qu'on dit. Il y a la barrière culturelle", nous explique Christophe.

Deux familles différentes avec deux cultures différentes qui cohabitent: Christophe et Sonia ont dû s’adapter et changer quelques habitudes de leur quotidien. "Vous êtes une femme, vous vous levez le matin, vous êtes dans votre nuisette, vous êtes tranquille chez vous. Là maintenant, je suis avec mon peignoir. C'est des petits détails, qui à la longue sont parfois un peu lourd", nous confie Sonia.

Eux aussi, on sent qu'ils ont ce besoin-là […] parfois ils vont s'isoler et se mettre ensemble

Dans la maison, chacun est libre. Christophe a seulement insisté pour que le repas du soir se fasse tous ensemble à une heure précise. Un vivre ensemble parfois compliqué. "Il y a des hauts, il y a des bas. Il y a un moment donné où on a vraiment besoin d'intimité. Alors on a la chance qu'on s'entend bien, on leur fait une entière confiance. Ils ont les clés, on part. Ça nous arrive qu'on parte un week-end. Eux aussi, on sent qu'ils ont ce besoin-là. Donc eux ils ont l'étage en haut. On sent que parfois ils vont s'isoler et se mettre ensemble à leur étage", indique Christophe.

Un numéro et un site internet

Les Bruxellois qui hébergent des réfugiés ukrainiens ont eu l’occasion ce matin d’échanger sur leurs expériences. Un échange organisé par les autorités bruxelloises en présence de psychologues et de professionnels de santé mentale. "On peut venir vers nous quand on a un souci en santé mentale et on a un numéro vert, le 0800.1234.7, qui est à la disposition de qui souhaite avoir un soutien. Il y a un site internet aussi en région bruxelloise, helpukraine.brussels/fr, qui peut être utilisé pour rechercher des informations", explique Luc Detavernier, directeur de la Plateforme bruxelloise pour la Santé mentale.

Pour les citoyens wallons, rendez-vous sur www.wallonie.be/fr/ukraine.

Ania et Serguei ont conscience que la situation en Ukraine est incertaine. Leur but est donc de prendre leur indépendance: trouver un logement, apprendre la langue et chercher du travail.

Kaima Boudiaf et Steve Damman

A lire aussi

Mort du journaliste français en Ukraine: toutes les précautions avaient été prises, explique sa fixeuse Guerre en Ukraine: "Pas de pénurie alimentaire à l'horizon en Belgique", assure le SPF Economie L'Afsca met en garde contre l'achat sur internet d'animaux de compagnie venant d'Ukraine: "Certains acheteurs sont convaincus de faire une bonne action" Réfugiée d'Ukraine, Anna a obtenu son CEB alors qu'elle est arrivée en Belgique il y a seulement trois mois

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?