Le réacteur nucléaire Doel 3 débranché ce vendredi, première étape de sa fermeture: est-il possible de revenir en arrière?

Le réacteur nucléaire Doel 3 sera débranché vendredi soir, après 40 ans de bons et loyaux services. C'est le début d'une longue procédure de fermeture et de démantèlement, pour une facture d'environ un milliard d'euros.

Le réacteur, situé sur les rives de l'Escaut près d'Anvers, a été mis en service en 1982. Il est le premier des réacteurs belges à être mis à l'arrêt définitivement dans le cadre de la sortie du nucléaire. "Il pouvait produire à lui seul jusqu'à 10% de l'électricité de la Belgique", précise Kaïma Boudiaf.  

Pendant ses 40 ans d'activité, Doel 3 a dû être fermé de manière inopinée pendant trois ans. En 2012, des "microfissures" avaient été découvertes dans les parois en acier des cuves des réacteurs de Doel 3 ainsi que de Tihange 2. Ce n'est qu'en 2015 que Doel 3 a été autorisé à redémarrer, après des enquêtes approfondies et le feu vert de l'organisme de surveillance nucléaire AFCN.

Un processus long et périlleux 

Le réacteur sera débranché du réseau électrique à 21h, ce vendredi, mais il ne sera pas déserté par ses travailleurs pour autant. 40 ans d'activité correspondent aux deux tiers de la durée de vie du site, puisque il reste du travail pour 17 à 19 ans sur place, a expliqué Peter Moens, directeur de la centrale nucléaire de Doel. 

Quelques jours seulement après l'arrêt du réacteur, tous ses câbles sont débranchés, les boulons du couvercle du réacteur seront dévissés et le réacteur sera ouvert. Commencera alors la phase d'arrêt, qui dure cinq ans. Les 157 éléments combustibles sont sortis du réacteur et placés dans des bassins de refroidissement, où ils doivent se refroidir sous l'eau pendant trois à cinq ans. Le combustible est ensuite placé dans des conteneurs spéciaux qui sont stockés sur le site de Doel en attendant le stockage souterrain définitif. La centrale est également décontaminée de toutes les particules radioactives pendant ces premières années. Cela se fait par un rinçage chimique des tuyaux. 

Ce n'est qu'après cinq ans que le démantèlement du réacteur et la décontamination du reste des bâtiments commencent. Il faudra notamment découper les parties internes du réacteur. Un processus qui prendra encore au moins 10 à 12 ans, suivi de la démolition du reste des bâtiments. 

Impossible de revenir en arrière 

Est-ce que l'on peut reporter le démantèlement de Doel 3 ? C'est impossible de revenir en arrière, d'après le directeur de la centrale. "C'est une préparation qui a pris au moins quatre ans. Dans le monde nucléaire, rien n'est fait d'un jour à l'autre. Il faut étudier, il faut préparer, il faut contrôler et il faut un accord de l'agence", souligne Peter Moens. 

Le démantèlement et le déclassement de Doel 3 représentent un coût d'environ un milliard d'euros, provenant des provisions nucléaires constituées par l'exploitant Engie Electrabel. Un montant total de 6,3 milliards d'euros est prévu pour le démantèlement des sept réacteurs de Doel et de Tihange. 

Après le démantèlement complet de tous les réacteurs de Doel, il ne restera plus qu'un dépôt dans lequel le combustible nucléaire sera stocké en attendant son enfouissement définitif sous terre. Engie Electrabel part du principe que ces bâtiments seront encore là pendant 80 ans, soit jusqu'à 2100. Les travailleurs de la centrale nucléaire ne seront certainement pas indifférents à l'arrêt de Doel 3, estime le directeur. Un hommage est prévu plus tard pour le personnel.

Agence belga

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?