Birmanie: un journaliste japonais condamné à dix ans de prison

(Belga) Un journaliste japonais a été condamné à dix ans de prison pour avoir encouragé la dissidence contre l'armée birmane au pouvoir et enfreint une loi sur les communications électroniques, a indiqué jeudi à l'AFP une source diplomatique japonaise.

Toru Kubota, a été arrêté à Rangoun fin juillet alors qu'il couvrait une manifestation contre la junte. Le volet de son procès concernant d'éventuelles infractions à la loi sur l'immigration "se poursuit", selon ce diplomate. Le vidéaste âgé de 26 ans a été jugé dans la prison d'Insein, à Rangoun, où sont détenus de nombreux prisonniers politiques. Selon son compte Instagram, il a réalisé en 2019 un documentaire sur les Rohingyas, une minorité musulmane installée en Birmanie qui a fui une répression sanglante de l'armée et de milices bouddhistes. La section 505 (b) contre la dissidence est une loi à la formulation floue, souvent utilisée contre des journalistes ou des militants au prétexte de déclarations pouvant causer la peur ou l'inquiétude de la population, qui prévoit une condamnation allant jusqu'à trois ans de prison. Il est le cinquième journaliste étranger depuis le coup d'Etat du 1er février 2021 à avoir été arrêté par la junte, après les Américains Danny Fenster et Nathan Maung, le Polonais Robert Bociaga et le Japonais Yuki Kitazumi, qui ont tous fini par être libérés et expulsés. Dans un décompte arrêté au 31 mars, 122 journalistes ont été arrêtés depuis le coup d'Etat de février 2021, et 48 sont toujours détenus, selon Reporting ASEAN. Seule la Chine a mis en prison plus de journalistes que la Birmanie en année 2021, selon le Comité de protection des journalistes (CPJ). (Belga)

Agence Belga

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?