Lingots de la maire de Puteaux: cinq personnes mises en examen pour fraude fiscale ou blanchiment

Lingots de la maire de Puteaux: cinq personnes mises en examen pour fraude fiscale ou blanchiment

Cinq personnes ont été mises en examen dans l'affaire des "102 lingots d'or" de la maire de Puteaux (Hauts-de-Seine) Joëlle Ceccaldi-Raynaud, soupçonnée notamment d'avoir transmis des fonds non déclarés à sa fille, a appris jeudi l'AFP de sources proches du dossier.

L'ancienne députée et maire LR, qui conteste les faits, est mise en examen dans ce dossier depuis décembre 2020 pour blanchiment de fraude fiscale aggravée.

Les nouvelles mises en examen, prononcées entre avril et août dernier, visent ses enfants, Vincent Franchi et Emilie Franchi, et son gendre Vincent Laviec. Elles visent également Didier Ben Sadoun, gestionnaire de comptes au moment des faits, et Olivier Ben Sadoun, ex-directeur sportif à la mairie de Puteaux.

Tous sont mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, certains avec circonstances aggravantes comme la bande organisée, ont indiqué des sources proches du dossier à l'AFP, ce qu'a confirmé le parquet de Nanterre. Emilie Franchi et Vincent Laviec sont également soupçonnés de fraude fiscale.

Il est notamment reproché à Mme Ceccaldi-Raynaud d'avoir transféré sur un compte au Luxembourg des fonds non déclarés à sa fille, dont 102 lingots d'or d'une valeur de deux millions d'euros à l'époque et près de 865.000 euros en liquide. Selon la maire, ces lingots provenaient d'un héritage de sa grand-mère corse.

Pour Baptiste de Fresse de Monval, avocat de Mme Franchi et de M. Laviec, sa cliente "est la victime" et son époux "le dindon de la farce": la fille de Mme Ceccaldi-Raynaud, "très jeune" au moment des faits (une vingtaine d'années) n'aurait fait qu'obéir à sa famille, tandis que son mari aurait "découvert cette affaire quand il a épousé Emilie Franchi". Ses clients "ont tout fait pour régulariser" la situation.

Le fils, Vincent Franchi, actuel maire adjoint de Puteaux, a été mis en examen en mai pour blanchiment. Niant, ce conseiller départemental a assuré à l'AFP n'avoir eu qu'un rôle de procuration pour ce compte.

C'est leur grand-père, Charles Ceccaldi-Raynaud, ex-parlementaire et figure de Puteaux, décédé en 2019, qui avait signalé en 2008 ce fameux compte à la justice. Il était alors en conflit avec sa fille Joëlle pour la mairie.

Puis en 2015, Mediapart avait révélé que ce compte, désormais au nom d'Emilie Franchi, avait été vidé en 2008. Une enquête avait été ouverte en 2016, confiée à un juge d'instruction en 2019.

En 2021, Olivier Ben Sadoun, ex-directeur sportif à la mairie, avait expliqué à Mediapart avoir transporté une partie des lingots et assisté à de nombreux retraits d'argent et à leur rapatriement en France. Il a été mis en examen en août dernier.

En mai 2022, son frère, Didier Ben Sadoun, gestionnaire de comptes, a lui aussi été mis en examen. Leur avocat n'a pu être joint.

AFP

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?