"Nous t’aimerons toujours": les collègues de Thomas Monjoie ont rendu un dernier hommage poignant à Waremme

Les obsèques de Thomas Monjoie ont lieu ce vendredi matin à Waremme, en province de Liège. La cérémonie a débuté à 11h au funérarium Jean François, au numéro 140 de la rue des Prés, à Waremme. Vers 10h30, la famille du policier est arrivée sur place. De nombreux policiers étaient déjà présents aux abords du funérarium.


© RTL INFO

 
© RTL INFO

Avant le début de la cérémonie, un écran géant diffusait des images de Thomas en boucle. Pendant la cérémonie, le son est aussi retransmis en extérieur mais pas les images. Des photos de Thomas continuent d'être diffusées pendant les discours des proches du jeune policier. 

Le père de Thomas est le premier à prendre la parole. "Thomas, maman et papa sont là. N'aies pas peur. Papa et maman sont là (...) Depuis ce jeudi 10 novembre, c'est maman et papa qui ont peur." Sa compagne, Elodie, s'est aussi exprimée sur celui qui partageait sa vie. "Je me souviendrai toujours de toutes tes attentions, de ton regard attendrissant, de ton sourire ravageur et de tes attaques de bisous. Ma vie a perdu sa saveur maintenant que tu n'es plus à mes côtés." 

"Tu as brillé, tu brilleras pour toujours à mes yeux", a aussi dit sa petite soeur, avec beaucoup d'émotions. 

Ses collègues ont aussi livré des discours poignants. "Thomas, il est difficile d’écrire ces mots aujourd’hui, sans que les larmes ne coulent sur mon visage. Mais je tenais, nous tenions, tes camarades, à te rendre un dernier hommage", s'est notamment exprimé une de ses collègues de la zone PolBruno. "Pour moi, comme beaucoup d’entre nous, tu étais devenu bien plus qu’un partenaire de classe ou un collègue. Tu étais devenu un ami, cet ami que l’on souhaitait toujours avoir. Thom, on se souviendra de toi, ce merveilleux garçon avec ce beau sourire qui illuminait ton visage. Cet homme gentil, généreux, persévérant, drôle, sportif, festif et bien plus encore (...) Nous t’aimons et nous t’aimerons toujours."

Les discours se sont enchaînés, ses collègues ont souhaité lui rendre un dernier hommage. "Toute ta brigade est présente ce jour pour te dire au revoir. Mais ce jour n’est pas l’au revoir à un collègue, nous venons dire merci à un ami. Nous sommes heureux d’avoir connu pendant des mois, des années, et maintenant pour toute la vie une personne aussi exceptionnelle que toi", a confié un autre de ses collègues.


© RTL INFO 

Une haie d'honneur s'est progressivement formée dans les rues autour du funérarium, avec énormément de policiers présents. Selon les premiers chiffres, ils sont plus de 2.000 venus de partout en Belgique. Ils se sont tous mis en rang le long du trottoir. "On veut montrer qu’on est une famille aujourd’hui, on est tous ensemble ici pour donner un signe à tout le monde qu’on est une famille et qu’on a perdu un des nôtres. On est ensemble ici pour montrer qu’on est fort", nous indique l'inspecteur principal Vincent de la zone de police de Tongres, en Flandre. 

Policiers de Wallonie, Flandre et Bruxelles ont fait le déplacement ce vendredi. "On est tous ici pour monter qu’on est ensemble pour Thomas, pour sa famille, mais aussi pour les autres policiers dans la rue qui font ce travail. Ça m’a touché, on est tous dans la rue, on fait tous le même travail", poursuit l'inspecteur Vincent. 

"C'est une profession qui est en deuil", ajoute de son côté Fabrice Discry, délégué permanent pour le Syndicat National du personnel de Police et de Sécurité. "Nos pensées vont à Thomas, à sa famille, à ses proches… Aujourd'hui, c'est compliqué, c'est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Tous nos collègues sont là pour soutenir la famille de Thomas, soutenir la profession."

Malgré la colère qu'ils ressentent, c'est aujourd'hui la tristesse qui domine. "C'est beaucoup d’émotion de se dire qu’on part finalement travailler le matin pour servir et protéger la population et qu'on n’est pas sûr de rentrer au soir...", souligne le délégué permanent SNPS.


© RTL INFO 


© RTL INFO

Dès le début de la cérémonie, une minute de silence a été respectée dans tous les commissariats de police du pays où les drapeaux ont également été mis en berne.


Une minute de silence respectée dans la zone de police Secova à Beaufays. © RTL INFO

Dans toutes les casernes et avant-postes de Bruxelles aussi cette minute de silence a été respectée. "Une délégation des pompiers de Bruxelles est présente à Waremme pour participer à la haie d'honneur à la fin de la cérémonie. Les drapeaux sont en berne", nous indique Walter Derieuw, porte-parole des pompiers de Bruxelles.


© POMPIERS DE BRUXELLES 

Victime d'une attaque au couteau, la semaine dernière, alors qu'il se trouvait dans un véhicule de service à l'arrêt à un feu rouge à Schaerbeek, le jeune policier Thomas Monjoie était originaire du village de Limont, dans l'entité liégeoise de Donceel.

Sur le coup de 12h50, le cercueil a quitté le funérarium. Les policiers ont offert un dernier salut à leur collègue avant le départ du corbillard vers le cimetière de Limont. Une immense haie d'honneur de plusieurs centaines de mètres s'est formée et le cortège funèbre a traversé les milliers de policiers mis au garde-à-vous. 

Les familles ont rejoint leurs voitures et une escorte de policiers à moto accompagne le corbillard jusqu'au cimetière où Thomas, 29 ans, sera inhumé dans la plus stricte intimité familiale. 


© RTL INFO
 

© RTL INFO

RTL INFO avec Belga

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?