Quadruple homicide dans une résidence estudiantine américaine: un crime "passionnel" planifié ou l'oeuvre d'un tueur en série?

Quadruple homicide dans une résidence estudiantine américaine: un crime "passionnel" planifié ou l'oeuvre d'un tueur en série?

Dix jours après le meurtre de quatre étudiants de l'Université de l'Idaho poignardés à mort dans leurs chambres, la police a déclaré mercredi qu'elle n'avait toujours pas identifié de suspect ni trouvé l'arme du crime, et qu'elle continue à suivre des tuyaux et a analysé les images filmées par les caméras de surveillance.

Le capitaine de la police de Moscow, Roger Lanier a déclaré lors d'une conférence de presse que son département mettait en oeuvre toutes ses ressources dans la résolution de cette affaire et que les enquêteurs étaient prêts à travailler pendant les vacances de Thanksgiving qui commencent ce jeudi.

Une petite bourgade ébranlée par la mort mystérieuse de 4 étudiants

Les autorités n'ont donné aucune indication si elles étaient sur le point de procéder à une arrestation, mais elles ont souligné qu'elles continuaient de traiter les preuves médico-légales recueillies au domicile où les étudiants ont été tués.

"Nous continuons d'avancer pour comprendre pourquoi cela s'est produit dans notre communauté", a déclaré James Fry, le chef du département de la police de Moscow.  

Les meurtres ont stupéfié cette petite bourgade de l'état américain de l'Idaho dans laquelle se niche une cité universitaire et un centre agricole. La ville, qui compte 26.000 habitants, est entourée de champs de blé et de haricots et n'avait pas connu d'homicide depuis 2015.

Les victimes étaient des colocataires Madison Mogen, 21 ans, Xana Kernodle, 20 ans, Kaylee Goncalves, 21 ans, et Ethan Chapin, 20 ans.

La police a déclaré mardi qu'elle avait enquêté sur le fait que l'une des jeunes femmes s'était plainte d'avoir un harceleur, mais la police n'a pas été en mesure d'en identifier un. Les enquêteurs ont également démenti qu'il y avait eu un cambriolage de voiture, qu'un chien avait également été tué, ainsi qu'une rumeur selon laquelle les victimes avaient été ligotées ou bâillonnées.

Selon les enquêteurs, Mogen et Goncalves étaient sortis dans un bar et ont visité un food truck avant de rentrer chez elles vers 1h45 du matin ce dimanche-là. Kernodle et Chapin avaient passé la soirée dans une maison de fraternité et étaient rentrés chez eux à peu près au même moment. Deux autres colocataires, dont les noms n'ont pas été dévoilés, étaient rentrées dans la résidence environ 45 minutes plus tôt.

Juste avant midi, un appel au 911 de la maison a signalé une personne inconsciente ; cet appel a été passé à partir du téléphone de l'une des victimes. Les agents ont alors trouvé les quatre étudiants morts, deux au deuxième étage et deux au troisième. Les colocataires qui étaient au rez-de-chaussée affirment n'avoir rien entendu.

Selon le rapport des autopsies, les victimes semblent avoir été attaquées dans leur sommeil, et certaines avaient des blessures défensives, a indiqué la police. Il n'y avait aucun signe d'agression sexuelle.

Les étudiants ont fui le campus

La police a d'abord qualifié les meurtres de "ciblés", évoquant un "crime passionnel" et a déclaré qu'il n'y avait pas de menace générale pour le public, mais quelques jours plus tard, la police s'est rétractée. Elle a admis qu'elle ne pouvait pas écarter le fait qu'il n'y avait pas de menace. Un tueur en série rôde-t-il dans cet état américain ?

Sans certitude et ébranlés par ce qui venait d'arriver, la plupart des 11.000 étudiants de l'université ont fui le campus avant les vacances de Thanksgiving.

Les professeurs ont été invités à préparer des options d'apprentissage à distance pour les étudiants qui ne souhaitaient pas retourner aux cours en personne après les vacances de Thanksgiving, a déclaré le président de l'Université de l'Idaho, Scott Green. L'école a renforcé la sécurité dans les dortoirs et les étudiants peuvent demander des escortes de sécurité sur le campus.

Des dizaines d'agents, d'enquêteurs et de patrouilleurs du FBI et de la patrouille d'État de l'Idaho soutiennent les efforts du département de police de Moscow.

"Même avec ces ressources supplémentaires, on ne sait pas combien de temps cette enquête prendra", a déclaré le président de l'université Green dans un message vidéo mercredi. "C'est profondément frustrant pour nous tous."

RTLINFO

A lire aussi

Pourquoi la mort mystérieuse de quatre étudiants dans leur résidence universitaire fait tressaillir d'effroi les Etats-Unis?

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?