Ophélie n'avait jamais bricolé mais estime qu'"une fois qu'on a les bases, c'est assez facile"

De nombreuses femmes s'y intéressent et prennent des cours dispensés à l'intérieur des magasins de bricolage.

Jimmy Méo et Patrick Lejuste se sont rendus dans un magasin de bricolage à Jumet. Sur place, des jeunes femmes entrent pour la première fois en contact avec certains outils. Elles y apprennent les bases pour manier une scie sauteuse, par exemple. 

L'une des participantes, Ophélie, aménage son grenier. Pour des raisons d'économie, elle veut réaliser ses étagères en bois elle-même. Elle n'y connait rien en bricolage mais elle estime qu'"une fois qu'on a les bonnes bases: comment se placer, s'y prendre; c'est assez facile!"

Selon Vincent Pinon, professeur de bricolage, il y a toujours une certaine appréhension au début. "Après plusieurs exercices sur différentes machines, elles se débrouillent" explique-t-il. "Elles font même des petits cœurs et des poissons" a-t-il ajouté.

Une douzaine de femmes participent à cette leçon. Il y en a cinq simultanées en Wallonie. Menuiserie, carrelage, selon une étude récente, 50% des jeunes Belges n'ont jamais bricolé. 71% avouent même avoir deux mains gauches.

Stéphanie Roland explique qu'il y a un "réel besoin de se débrouiller soi-même. Ne fût-ce qu'économiquement parlant et parce qu'il y a moins de transmission qu'à l'époque, beaucoup de femmes de 40 ans et plus sont seules et doivent apprendre à se débrouiller" analyse la co-fondatrice des cours de bricolage 'Les débrouillardes'.

Un cours théorique suivi d'exercices sont proposés à ces femmes pour 59 à 69 euros. Un projet qui se généralisera dans les prochains mois dans toute la Belgique.

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Partager
Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?