Le Pérou ne reviendra pas sur la grâce de Fujimori

(Belga) La grâce accordée par le président péruvien Pedro Pablo Kuczynski à son prédécesseur Alberto Fujimori sera maintenue même si la Cour interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) demande son annulation, a déclaré la vice-présidente péruvienne.

Dans une interview publiée dimanche dans le quotidien Correo de Lima, la vice-présidente Mercedes Araoz, qui dirige aussi le cabinet ministériel, a été très claire. "La grâce est une prérogative du président. Point final", a-t-elle dit. "Nous respectons nos engagements internationaux, mais nous avons une Constitution, et cette Constitution est explicite en ce qui concerne la capacité du président d'accorder des grâces", a insisté la vice-présidente. Si elle se saisit de l'affaire, la CIDH "devra prendre en compte ce qui est expressément écrit dans notre Constitution", a-t-elle dit. Le président Kuczynski a gracié le 24 décembre l'ancien président Fujimori, âgé de 79 ans et qui purgeait une peine de 25 ans de prison pour des faits de corruption et des crimes contre l'humanité commis pendant qu'il était au pouvoir (1990-2000). Cette mesure a suscité de nombreuses critiques au Pérou et à l'étranger. Des organisations de défense des droits de l'Homme l'ont critiquée, ainsi que des avocats de victimes de la répression menée sous la présidence de M. Fujimori contre les guérillas du Sentier Lumineux et du Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru (MRTA). Deux rapporteurs spéciaux de l'ONU se sont dits "consternés" par la décision de M. Kuczynski. Des manifestations de milliers de personnes opposées à la grâce de M. Fujimori ont eu lieu à Lima et dans d'autres villes péruviennes contre M. Kuczynski, confronté par ailleurs à des accusations de corruption et à une menace de destitution. L'ancien président d'origine japonaise se trouve depuis le 23 décembre à la clinique Centenario, un établissement situé à Lima et où il a été hospitalisé d'urgence pour hypotension et arythmie cardiaque. C'est le lendemain de son hospitalisation que le président l'a gracié. M. Fujimori a été condamné à 25 ans de prison notamment pour sa responsabilité dans une opération antiterroriste au cours de laquelle 25 personnes, dont un enfant de huit ans, avaient été tuées. (Belga)

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL info

Alertez nous

Si c'est un gros fichier vidéo, passez par le site wetransfer.com (et email de destination: rtlinfo@rtl.be)

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?