La ville de Liège désemparée face à la consommation de drogue dans les lieux publics: "Il y a un blocage au niveau politique"

À Liège, la drogue reste un problème difficile à endiguer. Plusieurs projets pilotes ont été mis en place pour encadrer les toxicomanes et éviter qu'ils ne se droguent en pleine rue. Mais ces salles de consommation ne font pas l'unanimité et obligent les autorités à changer la loi. Le bourgmestre de la ville relance le débat. Vincent Jamoulle et Marc Evrard sont allés sur place pour se rendre compte de la situation pour le RTL info 13 heures.

Des photos ont été prises il y a quelques jours dans le sas d'entrée d'une banque du centre de Liège. Se piquer en se cachant à peine, ce n'est pas nouveau dans la ville. En 2012, de telles photos avaient été prises en pleine journée, et en pleine rue.

Le profil est souvent le même: des poly toxicomanes marginalisés, qui utilisent aujourd'hui davantage en injection la cocaïne que l'héroïne.


"Se piquer le plus vite possible, dans n'importe quelles conditions"

"La prise de cocaïne induit un certain degré d'urgence de la prise chez l'usager, indique Christian Figiel, psychiatre spécialisé dans les assuétudes et ancien directeur du projet TADAM. Ce qui fait qu'il a tendance à se piquer le plus vite possible, et dans n'importe quelles conditions".

Entre 2011 et 2014 à Liège, le projet TADAM a exploré avec succès la distribution contrôlée d'héroïne. L'initiative avait pu voir le jour grâce à son statut d'expérience  encadrée par l'université, mais elle n'a pas pu être reconduite.


Le cas des salles de consommation

Depuis plus de 20 ans, un autre projet est sur la table : l'ouverture de salles de consommation, telles qu'il en existe déjà en France, aux Pays-Bas, en Allemagne et au Luxembourg, à la plus grande satisfaction des habitants. Mais il n'en n'est pas de même en Belgique.

"On sait tout ce qu'il faut faire, on a étudié le personnel qu'il faudrait, le règlement d'ordre intérieur qui serait à mettre, etc. mais voilà, il y a un blocage au niveau politique", ajoute Christian Figiel.

Pour y parvenir, il suffirait de modifier légèrement la loi, et c'est surtout au niveau fédéral que ça coince, côté flamand. En plus  de limiter l'insécurité en ville, les salles de consommation permettent d'établir un lien avec les consommateurs les plus marginalisés, ce qui facilite la pris en charge sanitaires, et leurs démarches pour éventuellement s'en sortir. 

Reactions

En ce moment sur RTL info

Alertez nous


Si c'est un gros fichier vidéo, passez par le site wetransfer.com (et email de destination: rtlinfo@rtl.be)

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?

Pour rendre votre visite plus agréable RTL info utilise des cookies

En consultant notre site, vous acceptez nos cookies strictement nécessaires à la navigation.

Vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment. En savoir plus