Google réintègre logiquement Nest au sein de ses activités: quand l'intelligence artificielle vient au secours de la maison connectée

Google a repris la gestion de Nest, une filiale de sa maison-mère Alphabet spécialisée dans les objets "intelligents", avec pour objectif de venir concurrencer Amazon et son assistant vocal Alexa.

La société Nest Labs, connue notamment pour ses thermostats connectés et ses caméras de surveillance, avait été achetée par le géant américain de l'internet en 2014, pour 3,2 milliards de dollars. L'ancienne start-up était passée ensuite sous la coupe d'Alphabet, maison-mère de Google, dans le cadre de ses activités futuristes baptisées "Other Bets".

"L'objectif est d'amplifier la mission de Nest: créer une maison plus attentive, qui prend soin des gens à l'intérieur et du monde qui l'entoure", a expliqué Rick Osterloh, haut responsable de Google dans un message posté mercredi sur un blog et co-signé par le directeur général de Nest, Marwan Fawaz.

"En travaillant ensemble, nous continuerons à associer le matériel, le logiciel et les services pour créer une maison qui est plus sûre, plus respectueuse de l'environnement, plus intelligente et qui vous aide même à économiser de l'argent - fabriquée avec l'intelligence artificielle de Google et l'assistant (Google) au centre."

Il FAUT intégrer les assistants vocaux intelligents dans la maison connectée

Cette stratégie s'inscrit dans un contexte de concurrence accrue entre Google et Amazon, le premier voulant que les objets "intelligents" utilisent son assistant Google, face à son rival Alexa.

Logique: la maison connectée (thermostat, lampe, four, musique, etc) devient un succès populaire depuis qu'elle peut être contrôlée facilement par la voix, et il a fallu attendre l'arrivée des assistants vocaux.

Selon les analystes, Amazon est largement en tête sur le marché de l'assistant vocal, avec Alexa installée dans la majorité des haut-parleurs connectés et autres appareils, allant des télévisions aux réfrigérateurs.

Mais en francophonie, Google a l'avantage d'être déjà présent depuis quelques mois, alors qu'Alexa ne pratique pas encore la langue de Molière (sans doute en avril...).

D'autres entreprises high-tech sont aussi de la partie, comme Microsoft, Samsung et le chinois Baidu.

Reactions

En ce moment sur RTL info

Alertez nous


Si c'est un gros fichier vidéo, passez par le site wetransfer.com (et email de destination: rtlinfo@rtl.be)

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?

Pour rendre votre visite plus agréable RTL info utilise des cookies

En consultant notre site, vous acceptez nos cookies strictement nécessaires à la navigation.

Vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment. En savoir plus