Lu-Anh, la candidate belge du Meilleur Pâtissier 8, regrette de s'être "autodétruite", mais garde le souvenir d'une "super aventure humaine" (vidéo)

Au lendemain de son élimination du Meilleur Pâtissier, Lu-Anh répond aux questions de notre journaliste Gwendeline Delieux.

Qu'est-ce que vous retenez principalement de cette expérience ?

C'est vraiment une super aventure humaine. On fait beaucoup de rencontres, autant au niveau des candidats que des grands chefs. Les candidats viennent de tous les horizons et sont de tout âge. C'est extrêmement enrichissant de partager la même passion avec eux et d'avoir un autre point de vue. On a l'occasion de voir nos pâtisseries goûtées par des grands chefs, qui ont un palais beaucoup plus développé et qui peuvent vraiment nous donner des conseils très précieux. J'ai aussi beaucoup apprécié le staff qui nous entoure. Il y a beaucoup, beaucoup de monde, ça on ne s'en rend pas compte. Ils sont super bienveillants, ils essayent tous qu'on soit à l'aise. Donc, c'est vraiment l'aventure humaine que je retiens.

Quel a été votre meilleur moment ?

J'en ai plusieurs. Le dernier qui me vient en tête c'est vraiment lors de ma dernière interview pour ma sortie. Donc j'étais interviewée par les journalistes de la production. Et à ce moment-là, je m'y attendais pas. Tous les candidats sont venus par derrière parce qu'ils savaient que j'étais un petit peu triste. Ils m'ont portée à bout de bras. On s'est fait plein de câlins. Ça fait un peu bisounours, mais c'est un grand moment que je garde parce que ça prouve qu'on est vraiment très liés.

Votre pire moment ?

Le pire, parce que j'y arrivais pas, c'était de me retourner et d'amener ce gâteau qui était pas démoulé et qui ressemblait à tout sauf à un gâteau. Le pire moment c'était le regard des juges sur mon gâteau. Ca restera tout le temps gravé dans ma mémoire.

Qu'est-ce qui s'est passé lors de ces 3 épreuves belges ? Vous vous êtes mis trop de pression ?

C'est entièrement de ma faute. C'était la première épreuve belge de toutes les saisons. Je voulais vraiment faire de mon mieux, donc j'avais préparé des recettes un peu trop compliquées où dans le laps de temps accordé, je me suis autodétruite. C'est un peu dommage. Si j'avais simplifié un peu, je pense que je serais passée.

Y-a-t-il des personnes que vous reverrez en dehors de l'émission ?

Il y a des personnes qui sont vraiment devenues des amies et que j'ai déjà revues depuis la fin de l'émission. Essentiellement les gens qui sont près de la Belgique parce que c'est plus facile de les rencontrer physiquement. Il y a Béatrice de Lille, Baptiste également dans le Nord, Camille de Paris. Avec les gens qui sont plus dans le sud de la France, là on garde contact plutôt par les réseaux. C'est clair que si je passe dans la région j'irais boire un verre avec eux, j'irais manger un bout. C'est des liens qui au fur et à mesure deviennent très forts. Il faut pas oublier qu'on reste 24h sur 24 ensemble. On tourne ensemble, on mange ensemble, on dort ensemble, on pleure ensemble on rit ensemble. C'est vraiment une grande colonie de vacances.

Comment ça se passe avec Cyril et Mercotte ?

Ils passent déjà beaucoup de temps avec nous lors de la dégustation. Ils prennent vraiment le temps. 15 à 20 minutes par personne parce qu'ils disent vraiment tout ce qu'ils pensent, autant positif que négatif. Là à la télé on voit vraiment un petite partie. Après, on n'a pas beaucoup l'occasion de les rencontrer parce qu'ils ont un planning très chargé. Ils s'en vont assez rapidement mais dès qu'ils ont le temps, ils restent quelques minutes. Avec Mercotte, j'ai pu échanger quelques mots pour lui demander ce qu'elle pensait de cette recette et s'il elle avait des trucs à me donner. Et, sans problème, ils sont dans le partage et ils nous répondent.

Qu'est-ce que vous faite après une dégustation ? Vous gouttez les plats des autres ?

Le seul gâteau qu'on peut goûter des autres, c'est le gâteau de l'épreuve de Mercotte. Malheureusement, les autres gâteaux dans la première épreuve et la dernière, la créative, on n'a pas le droit de goûter les gâteaux des autres. Donc, c'est le staff qui le mange mais nous on n'a pas le droit. On essaye toujours un petit peu mais on n'a officiellement pas le droit de goûter le gâteau des autres.

Reactions

Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher les commentaires.

En ce moment sur RTL people

Alertez nous

Ce site optimisé pour un affichage sur mobile

Pour un affichage optimal, nous vous recommandons d'accéder à la version PC. Quelle version désirez vous?